Le jour où les parisiens ont mangé du loup et de l’antilope

En entrée, il proposa une tête d’âne farcie et des sardines. Il faut s’imaginer la tête de l’âne qui a lentement mijoté, la crinière arrachée au fer rouge, les oreilles ficelées entre elles pour enfin finir comme une tête de porc, une pomme dans la bouche, trônant au milieu de la table dans une parodie de banquet médiéval.

Lire plus