Petit Cambodge squatté par des militants d’extrême gauche 

Petit Cambodge squatté par des militants d’extrême gauche 

Petit Cambodge squatté par des militants d’extrême gauche 

 

GE RH Expert soutient le Petit Cambodge, partagez et soutenez leur combat.

Petit Cambodge squatté par des militants d’extrême gauche 

Notre restaurant est squatté depuis le 14 novembre par diverses personnes qui aujourd’hui font circuler des affirmations relevant de la diffamation.
Ce nouvel établissement est pour nous l’aboutissement de trois années de recherches et d’investissements ; il porte en son cœur un laboratoire de préparation visible par tous ; il représente nos valeurs, nos engagements et la mise en avant du travail de nos salariés.
Un nouveau départ après un temps nécessaire à la (re)construction.
Chamboulé par cette année, le planning devait nous permettre d’ouvrir en janvier. Il nous reste à y déposer le matériel de cuisine, raccorder l’eau, disposer les tables et les chaises, allumer la lumière.
Mais un “collectif” a investi les lieux, changé les serrures, badigeonné les murs… il y organise des apéros, propose de s’y réunir, d’y lutter… pendant que nous nous battons pour maintenir notre activité.
Informés trop tardivement, nous n’avons pas pu intervenir à temps pour les déloger.
Obligés de saisir la justice pour récupérer l’accès à un restaurant dont nous assumons toujours le loyer; nous attendons une nouvelle audience le 29 décembre, après un renvoi décidé par le président du tribunal judiciaire le 18 décembre.
L’équipe du Petit Cambodge
Nous soutenir, c’est partager.

Petit Cambodge squatté par des militants d’extrême gauche 

Dans le Xème arrondissement de Paris, un local qui devait accueillir un nouveau restaurant est squatté depuis la mi-novembre par plusieurs militants d’extrême-gauche.

Ça devait être une renaissance pour les patrons du Petit Cambodge, un des restaurants touchés par les attentats du 13 novembre 2015. En décembre 2015, raconte France Bleu, ils avaient obtenu ce nouveau local, afin de rouvrir leur établissement sinistré. Locataires depuis bientôt cinq ans, les gérants ont investis un million d’euros, et fait trois ans de travaux. Jusqu’à la mi-novembre, le réaménagement se passait bien, et le mobilier était en cours d’installation. Simon Octobre, le patron, ambitionnait d’ouvrir prochainement, et avait déjà formé six nouveaux employés. Jusqu’à l’arrivée de plusieurs militants d’extrême-gauche, un soir de novembre. Ces derniers s’installent, et ne tardent à expliquer leur action. Sur la devanture neuve est désormais tagué : « ce local est squatté pour lutter contre la gentrification ».

Des squatteurs indélogeables  

En peu de temps, l’intégralité de la façade du bâtiment est recouverte de slogans divers : « squat autogéré et solidaire », « la gentrification s’arrête ici », « riposte populaire », etc. Sur Instagram, le groupe « Youth For Climate Paris »revendique le squat, et répond au gérant, qui a appelé la mairie à son secours. Les squatteurs affirment que le quartier n’a pas besoin « d’un énième lieu marchand » et accuse Le Petit Cambodge… de capitaliser sur les attentats de 2015. Le squat ayant été découvert plus de 48h après son installation, il n’était en effet plus possible d’expulser les militants d’extrême-gauche. Faute d’autres solutions, Simon Octobre a porté plainte. Découragé, il confie sa rage à France Bleu : « c’est un peu révoltant de se dire que, alors que nous on est fermés et qu’on ne peut pas accueillir de clients, on a des gens qui organisent des apéros de quartier dans ce futur restaurant ».

« Notre restaurant est squatté depuis le 14 novembre par diverses personnes qui, aujourd’hui, font circuler des affirmations relevant de la diffamation », explique la direction du restaurant sur les réseaux sociaux, ajoutant : « Un collectif a investi les lieux, changé les serrures, badigeonné les murs… ». Les militants, peut-on lire dans le texte, « organisent des apéros » sur place, en pleine crise sanitaire. Les propriétaires indiquent aussi « attendre une nouvelle audience le 29 décembre, après un renvoi décidé par le président du tribunal judiciaire, le 18 décembre ».

Le Petit Cambodge Facebook 

Le Petit Cambodge site Internet 

 

 

A la Une, Restaurants

Laisser un commentaire