La restauration indépendante grignotée par les chaînes mais toujours majoritaire en France

Selon l’étude Food Service Vision, la restauration indépendance française a accru ses ventes de 6 % en 2023, à 42,6 milliards d’euros. Sa croissance, portée par l’inflation et les ouvertures de points de vente, a été de deux points inférieure à celle des chaînes (20,6 milliards). Plus préoccupant, le chiffre d’affaires de son premier segment, la restauration traditionnelle (13,6 millliards d’euros), a subi un recul de 1 %, toutefois plus que compensé par la dynamique de sa restauration rapide (10 milliards d’euros), de ses brasseries (+14 % de croissance) et de sa gastronomie (+9%).

Focus sur la restauration indépendante

Elle communique beaucoup moins que les chaînes, n’étant pas structurée pour cela. Et pourtant… Elle demeure La principale composante de la restauration française.

Deux chiffres clefs en attestent. Son chiffre d’affaires (42,6 milliards d’euros hors taxes), qui pèse plus du double de celui de la restauration de chaînes (20,6 milliards). Et ses quelque 117 000 points de vente, sept fois plus nombreux que ceux des enseignes organisées (16 000).

Rapporté au chiffre d’affaires moyen par unité, l’indépendante apparait cependant plus modeste. Quand un restaurant de chaîne réalise en moyenne près de 1,3 million d’euros, son concurrent indépendant ne réalise  que 361 000 euros.

Des croissances inégales

Les indépendants ont beau pesé encore 88 % des points de vente de la Restauration Hors domicile (hors circuits alternatifs type métiers de bouche et distribution) et plus des deux tiers de son chiffre d’affaires, leur croissance n’est plus aussi rapide : +  6 % l’an dernier contre + 8 % pour les chaînes. Les raisons de leur progression étant très similaires : l’inflation de leur ticket moyen et le développement de leurs points de vente, à parts égales.

Cette restauration indépendante est en réalité très diverse. Selon Food Service Vision, elle se scinde déjà en 32,4 milliards en restauration à table et 10 milliards restauration rapide.

La traditionnelle à table en léger recul, brasseries et gastronomie en nette hausse

Au sein même de la la restauration à table, le cabinet différencie quatre principales composantes, de taille et de performance très inégales. Si la première, la restauration traditionnelle, pesait encore 13,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2023, (42 % de l’ensemble de la restauration à table), celle-ci  a malgré tout reculé de 1 %, en dépit même des hausses appliquées sur les menus et sur la carte pour compenser celles des coûts d’exploitation.

Les Brasseries, deuxième composante, arrivent loin derrière avec 4,3 milliards de recettes mais assorties d’une hausse à deux chiffres (+14 %). En troisième position, la restauration itallenne à table (3,9 milliards, progression non chiffrée). Au pied du podium, la restauration gastronomique fait mieux que survivre, avec un chiffre d’affaires évalué à 2,7 milliards d’euros, en hausse de 9 %, juste devant la catégorie fourre-tout du Kebab, Tacos (2,4 Md€).

Quant à la restauration rapide, Food service Vision ne communique pas sa croissance. Il se borne à indiquer que deux segments en son sein étaient très dynamiques en 2023. Avec une progression de 16 % pour la restauration rapide asiatique. Et de + 13 % pour la fast casual.

Quelques faits et chiffres clefs sur les indépendants sortis de la revue de Food Service Vision 
  • 43 % : le nombre de points de vente concentrés dans deux régions :Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes
  • 91 % : le pourcentage des restaurateurs indépendants déclarant pratiquer majoritairement le « fait-maison »
  • 23 % : la part du CA d’un restaurant indépendant réalisé dans les boissons
  • 43 % : la part de ses achats consacrée aux produits locaux
  • 35 % : le pourcentage des établissements proposant un service de livraison
  • 41 % : le pourcentage de restaurateurs proposent la réservation en ligne

Focus sur la restauration de chaînes

Selon Food Service Vision, la restauration commerciale française chaînée, forte de plus de 16 000 points de vente répartis entre 423 marques, a accru ses ventes de 8 % en 2023 par rapport à 2020. Et il a doublé par rapport à 2020, annus covidus horribilis…

Cette hausse, nourrie par les fast-foods, provient à parts égales, de la croissance de son parc (4 %) et du renchérissement du ticket moyen (4 %) attisé par une forte inflation depuis deux ans.

Le roi hamburger concurrencé mais pas du tout détrôné 

Le hamburger reste la locomotive des chaînes avec 8,7 milliards de CA engrangés (+7 %. Et McDonald’s leur leader incontesté (6,2 MD€), en dépit d’une concurrrence toujours plus large d’enseignes et de produits.

La restauration rapide porte ce succès, avec une hausse de 30 % de son chiffre d’affaires entre 2019 et 2023. Une performance liée à l’augmentation du nombre de points de vente, quand la restauration à table n’a progressé que de 4 %. En quatre ans, cette dernière a d’ailleurs perdu 217 restaurants, soit une baisse de 6 % de son parc.

Par type de restauration, c’est le hamburger qui arrive sur la première marche du podium (8,7 milliards de chiffre d’affaires en 2023), suivi du sandwich (1,4 milliard), du grill (1 milliard), du poulet frit (958 millions) et de la pizza (777 millions).

Le donuts démarre en flèche 

Certains segments, comme les donuts, font une entrée en fanfare sur le marché du fast-food  – avec un chiffre d’affaires multiplié par trois par rapport à 2022 (NDLR mais qui part de zéro ou presque…). Les tacos ont également vu leur chiffre d’affaires bondir de 26 %, à 434 millions d’euros.

C’est le segment du fat food hamburger dont le chiffre d’affaires a le plus augmenté entre 2022 et 2023 (+ 556 millions d’euros), devant le fast food poulet (+ 149 millions) et la restauration italienne (+ 103 millions).

En revanche, le segment grill souffre des fermetures de Courtepaille (dont seulement 87 restaurants ont été repris par le groupe Baudaire). Et le self-service est également en recul.

Quelques faits et chiffres clefs sur les chaînes sortis de la revue de Food Service Vision
  • Près de 6 milliards d’euros d’écart entre le CA 2023 du numéro un de la restauration chaînée et rapide en France, McDonald’s (6,2 milliards) et le numéro 10, La Mie Câline (208 millions)
  • Avec la fin du covid, la part de la livraison dans son chiffre d’affaire est tombée de 19 % en 2021 à 11 % en 2023
  • McDonald’s et O’Tacos champions des réseaux sociaux, avec plus de 2,9 millions d’abonnés chacun
  • le fonds londonien spécialisé en food McWin Capital Partners reprend la majorité du capital de Big Mamma et rachète la master franchise de Subway en France
  • Les Américaines Popeyes et Krispy Kreme, la Coréenne Bonchon et l’Italienne Venchi ont ouvert leur premier point de vente en France en 2023

Source HR Infos

Partgagez

Plus d'articles

Ecrivez-nous