Marc Chenue lance le premier bar à sirops d’Ile-de-France

Marc Chenue lance le premier bar à sirops d’Ile-de-France

Marc Chenue lance le premier bar à sirops d’Ile-de-France

 

Je vous parle d’un projet participatif très en vogue actuellement, et qui plus est c’est un voisin. À 51 ans, Marc Chenue réalise son rêve d’enfant. Dans quelques jours, il ouvrira, grâce au financement participatif, un bar à sirops à Chevreuse, baptisé “L’Alchimiste”.

Marc Chenue lance le premier bar à sirops d’Ile-de-France

Marc Chenue, aux côtés d’Evelyne. Le duo sera aux commandes de “L’Alchimiste” dès le 2 mai.

Il n’y a qu’un mot pour décrire le lien qu’entretient Marc Chenue avec les sirops : la passion. Pourtant, ce dernier n’était pas parti pour en faire son métier.
«J’ai fait des études forestières. Puis une rencontre m’a fait basculer dans le domaine gustatif», explique-t-il. «J’avais alors envie d’allier le goût et la nature.»
Dans les années 90, il travaille donc pour la mairie de Paris en tant qu’animateur sur le goût et propose des activités sensorielles pour les enfants.

Le vrai goût des fruits

«J’étais déjà passionné par les sirops. Ils ont une histoire médiévale, et cette période de l’histoire me passionne. À l’époque, les sirops agrémentaient la cuisine et la transformation du fruit en sirop permettait de le conserver toute l’année.»
Dans les années 2000, Marc quitte Paris pour les Pyrénées-Orientales, puis s’installe finalement dans le Gard, à Uzès.
«Mon désir était de travailler la plante sèche et d’en extraire le jus. En clair, transformer les sirops en nectar, sans ajouter ni arômes, ni conservateurs. Aujourd’hui, tous les sirops sont aromatisés», regrette l’artisan siropier.
Proposant une vingtaine de parfums, Marc sillonne alors les foires et salons. Mais pour ce natif de Versailles, l’envie de revenir vivre dans les Yvelines se fait de plus en plus forte. Fin 2014, il écrit donc à vingt-cinq communes de l’ouest yvelinois, indiquant son projet de bar à sirops et sa recherche de local. Vingt-trois communes lui répondent.
«Je rêvais d’avoir une boutique et de montrer mon travail car je n’ai rien à cacher. J’ai ressenti un vrai dynamisme. Quinze communes m’ont fait des propositions d’installation. Le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse m’a aussi soutenu. Dans le sud, j’ai mis deux ans à trouver un local», raconte-t-il.
En décembre, Marc arrête son choix sur un local situé à Chevreuse, une ancienne boutique d’antiquités. C’est là qu’il ouvrira son atelier de fabrication de sirop ainsi qu’une boutique doublée d’un bar à sirop.
«Fabriquer des sirops à Chevreuse, ville médiévale, c’est un joli clin d’œil», se réjouit-il.

Des sirops surprenants

De la rose à la vanille en passant par la poire à la réglisse, la fraise à la menthe, le citron au cumin et la menthe poivrée, les sirops de Marc Chenue sont tous plus surprenants les unes que les autres.
«Pour lancer la boutique, j’ai créé des nouveautés comme la pomme curry ou la coriandre citron vert. En tout, il y aura quarante sirops à découvrir. Cela me demande beaucoup d’inspiration et d’ajustement. Je travaille qu’avec des fruits de saison. Je suis toujours à la recherche de la perfection pour retrouver le vrai goût des fruits et des plantes.»
L’extraction du jus, l’infusion, la décoction et la macération n’ont aucuns secrets pour Marc, alchimiste depuis maintenant quinze ans.
Pendant que son amie Évelyne tiendra la boutique, Marc proposera des ateliers de fabrication pour les petits et grands le temps d’une demi-journée.
7 000 euros récoltés

Pour finaliser son projet, Marc Chenue a fait appel au financement participatif, via la plateforme “Hello Merci”. L’objectif des 7 000 euros a été atteint grâce à vingt-huit “prêteurs”.
«J’avais besoin d’une contribution pour rafraîchir la façade, aménager le laboratoire et acheter du matériel comme une centrifugeuse, un mixer et des cuves en inox», explique le siropier, qui s’est engagé à rembourser ses contributeurs.
Dans le local de 60 m2, un espace vente et bar seront créés, l’occasion de déguster des sirops aux saveurs originales dans un cocktail, avec de l’eau, du lait, un café ou un thé.

PRATIQUE
Ouverture le 2 mai.
9 rue Lalande à Chevreuse
Prix d’une bouteille de sirop entre 6 et 12 euros.
Chevreuse, 78

anne-laure.labenne

A la Une, Bar, Tendance