Les vacanciers en attente d’hébergements hors normes

Les vacanciers en attente d’hébergements hors normes

Les vacanciers en attente d’hébergements hors normes

 

Pourquoi se contenter d’une chambre douillette dans un hôtel lambda lorsqu’on peut « séjourner »                                                                                                                                             dans la carlingue d’un avion, la cabine d’un téléphérique ou une ancienne église gothique !

Les vacanciers en attente d’hébergements hors normes

Une des « chambres » du Tree Hotel en Suède

Une nuit à l’Escala, l’immeuble le plus sulfureux de Seattle, celui-là même qui a servi de décor aux « galipettes sado-masos » des protagonistes de Cinquante Nuances de Grey… C’est ce que Airbnb propose à tous ses clients depuis le 11 février dernier, date de la sortie du film. Les amateurs doivent débourser 226 euros par nuitée, mais pour cette somme, ils ont une chambre de 100 m 2 avec un accès au bar et à la salle de gym de l’immeuble. Le site ne manque pas une occasion de promouvoir ce type d’offre d’hébergements hors normes. Quitte à en faire de véritables opérations événementielles, comme pour le studio aménagé dans une cabine du téléphérique de Courchevel, suspendue à 2 700 m d’altitude. Une offre d’une seule nuit (le 6 mars) et limitée à quatre personnes sélectionnées sur la base d’une lettre de motivation. Promoteur de l’industrialisation du couchsurfing (logement chez l’habitant), Airbnb est bien placé pour savoir qu’aujourd’hui une bonne partie des voyageurs attendent plus que de banales formules d’hébergement touristique. De fait, la dernière édition du TripBarometer (Trip Advisor/Ipsos) révèle que « vivre des expériences uniques et intéressantes » devient la principale (68%) motivation des Français dans le choix de leurs vacances. Cette évolution s’inscrit dans un phénomène plus global de démocratisation du luxe. On sait désormais que tout un chacun est prêt à casser sa tirelire, de temps à autre, pour profiter d’une offre « exclusive ».

Une offre déjà très alléchante
« Bien que seule une minorité d’entre eux en fassent actuellement une priorité, les hôteliers ont là un moyen de se démarquer de la concurrence, souligne Marc Charron, président de TripAdvisor for Business. Ceux qui osent ont tendance à voir revenir leurs clients. » Des plates-formes Internet ont commencé à rassembler l’offre déjà très alléchante dans ce domaine. Sur le site Unique Hotel Experience, on trouve pèle-mêle des hébergements taillés dans la glace au Québec, suspendus aux arbres dans la nature suédoise, aménagés dans le fuselage d’un Boeing 727 au Costa Rica, voire dans des arènes désaffectées au Mexique, ou encore dans une ancienne église gothique en Belgique. L’air du temps est également propice au développement de nouveaux concepts, comme celui de la chaîne 21c Museum, qui accueille en permanence dans ses établissements des événements artistiques ou culturels. Ou encore les séjours à thèmes, à l’image des cures de « digital detox » proposées par la chaîne Westin à ses clients qui souhaitent se déconnecter. De plus en plus acquises au marketing « expérienciel », les marques s’y mettent aussi. Certaines, comme Les Galeries Lafayette, n’hésitent pas à passer par l’intermédiaire d’Airbnb. L’enseigne a ainsi sélectionné six chanceux parmi les 5 000 candidatures envoyées par les clients du site pour venir passer une nuit dans le magasin parisien la veille de l’ouverture des soldes. Davantage inscrite dans la durée, une opération montée par le fabricant de mobilier BoConcept entre septembre 2014 et mars 2015 offrait l’accès – pour seulement 50 euros la nuit – à trois appartements de rêve à New York, Berlin et Dubaï, entièrement décorés avec des pièces maison. Pas de quoi assécher la demande d’hébergement. Mais certainement de quoi inciter les opérateurs classiques à se montrer plus inventifs.

Stefano Lupieri

A la Une, Hôtels, Tourisme