Les Apprentis

On entend bien souvent que les apprentis sont de la mauvaise graine, qu’avant ils étaient meilleurs et plus investis. Ou bien encore, que les jeunes aujourd’hui veulent devenir chef en brûlant les étapes. Toutes ces questions sont-elles justifiées ? Nos apprentis sont-t’ils vraiment en train de plomber la future génération de cuisiniers? Réflexion de Romain, Cuisinier professionnel, sur son excellent blog "Une vie en Cuisine ".....

Les Apprentis

 

On entend bien souvent que les apprentis sont de la mauvaise graine, qu’avant ils étaient meilleurs et plus investis. Ou bien encore, que les jeunes aujourd’hui veulent devenir chef en brûlant les étapes. Toutes ces questions sont-elles justifiées ? Nos apprentis sont-t’ils vraiment en train de plomber la future génération de cuisiniers? Réflexion de Romain, Cuisinier professionnel, sur son excellent blog “Une vie en Cuisine “…..

Les Apprentis

Les apprentis

Moi de mon temps…

On entend bien souvent que les apprentis sont de la mauvaise graine, qu’avant ils étaient meilleurs et plus investis. Ou bien encore, que les jeunes aujourd’hui veulent devenir chef en brûlant les étapes. Toutes ces questions sont-elles justifiées ? Nos apprentis sont-t’ils vraiment en train de plomber la future génération de cuisiniers?

Pour ma part, je pense que non ! Remettons les choses dans leur contexte. L’apprentissage, cela consiste en quoi ?

C’est l’enseignement du savoir-faire, des valeurs ou bien encore d’une mentalité. C’est un peu l’école de la vie.  Il y a forcément deux parties, l’apprenti et l’enseignant. Je me pose souvent la question, quelles parties est la plus fautive dans l’échec de l’apprentissage?

Ce qu’il faut savoir, c’est que depuis la nuit des temps, la jeunesse a toujours été considérée comme feignante, incapable. La génération suivante a tout le temps été vue comme mauvaise.

« C’est la décadence, les enfants n’obéissent plus, le langage s’abîme, les mœurs s’avachissent. Puisse venir le jour où l’humanité coupable finira, où les enfants ne naîtront plus, où tout bruit cessera sur la terre, où il n’y aura plus à lutter contre toutes les nuisances. »

« La jeunesse d’aujourd’hui est pourrie jusqu’aux tréfonds, mauvaise, irréligieuse et paresseuse. Elle ne sera jamais comme la jeunesse du passé et sera incapable de préserver notre civilisation. »

Ces textes datent de 3000 avant J-C ! Cela prête à réfléchir…

Alors oui, je l’accorde les apprentis nous sortent de jolies perles quelques fois. Laver la salade à l’eau chaude pour mieux la dégraisser, sortir son téléphone pour filmer un bac à poisson ou bien monter un fraisier sans fraise ;-). Que parfois cela ne tiens qu’à un fil de ne pas tomber dans la défonce pure et dure. C’est dans ces moments-là, où il faut penser que nous aussi, nous sommes passés par là (même si on dira toujours qu’on était pas si atteint 🙂 ). Je me rappelle du boulet que je pouvais être, pendant certaines périodes de stage, et je me rappelle aussi de ces chefs de partie et chef qui ont eu la patience de m’apprendre tant de chose.

A qui la responsabilité ?

Les apprentis

On repose également la faute sur les écoles. Il faut le dire, que certaines démarches ne favorisent pas beaucoup l’évolution des apprentis. Quand on voit que l’on supprime année après année les heures de travaux pratiques pour privilégier des cours théoriques sur tablette, on peut se poser des questions (peut-être que l’application pour ciseler une échalote va voir bientôt le jour).

Les Apprentis

Mais c’est à nous professionnel de prendre les choses en main. C’est un devoir qu’a le cuisinier envers le métier de perpétuer cette passion qui nous anime tous. C’est à nous de donner les techniques et recettes pour que l’apprenti possède ses bases. A nous d’allumer l’étincelle qui brillera dans leurs yeux. L’apprentissage, c’est la base de notre métier, si nous ne faisons pas l’effort de prendre du temps avec nos apprentis, que va devenir le métier.

Les Apprentis

A tous les apprentis qui liront ces quelques lignes, ce que je veux vous dire aujourd’hui,  c’est d’augmenter votre curiosité, travailler votre volonté.  De passer par les bases de la cuisine française avant de vouloir jouer avec l’azote. Et surtout de s’accrocher et de ne jamais rien lâcher. Parce que, vous avez choisi un métier difficile mais sans aucun doute le plus beau du monde !les apprentis

l’excellent blog de Romain

Partgagez

Plus d'articles

Ecrivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :