Le Cercle, dernier restaurant étoilé du Cher, va fermer

Le Cercle, dernier restaurant étoilé du Cher, va fermer

 
Faute de personnel suffisant, les patrons du Cercle ont décidé de fermer leur établissement gratifié d’une étoile au Michelin dès le 16 novembre. Il s’agit du dernier restaurant étoilé du Cher. Les activités vont être transférées vers leur autre établissement, Les Petits Plats du Bourbon.
 
 
Plaque d'un étoilé au guide Michelin
Plaque d’un étoilé au guide Michelin © Maxppp – Alexandre MARCHI

« C’est un crève-coeur » admet le patron du Cercle, dernier restaurant étoilé au Guide Michelin (une étoile) à Bourges, Christophe Lot.
La raison de cette fermeture, effective le 16 novembre prochain, repose sur un manque de personnel : « Il nous manque 4 serveurs, cela fait des mois que ça dure et que l’on gère le restaurant en dent de scie, ça ne pouvait pas continuer », se désole Christophe Lot.

Le personnel rejoindra les équipes des Petits Plats du Bourbon

Christophe Lot et son associé Pascal Chaupitre vont se recentrer sur leur autre affaire :  les Petits Plats du Bourbon, aussi à Bourges. « Il ne s’agit pas de ne plus croire au Cercle, mais il a fallu faire un choix et la formule aux Petits Plats du Bourbon fonctionne bien. On invite tout notre personnel à rejoindre l’aventure là-bas. Mais une chose est sûre : on n’a pas pris cette décision de gaieté de cœur. » 

 

Le Cercle conservera une activité commerciale

Le restaurant « Le Cercle » fermera donc ses portes dans un peu plus d’un mois, le 16 novembre. Mais cette fermeture ne concerne que la partie restauration : les cours de cuisine, les cours d’œnologie sont maintenus ; il y aura aussi la possibilité de réserver le lieu pour des repas particuliers.

 

Quel avenir pour la gastronomie de province ?

Pour Christophe Lot, la fermeture du restaurant étoilé berruyer est symptomatique d’un malaise dans la gastronomie en milieu rural : « Quand on regarde les restaurants étoilés au Michelin, ils suivent l’axe Paris, Rhône-Alpes et Côte d’Azur. Là où il y a du commerce, des touristes. Quand on est une grande ville, faire de la restauration gastronomique c’est possible, mais quand on est en province pas forcément très fréquentée, les choses se compliquent très vite. » 

A la Une

Laisser un commentaire