Ces 120.000 salariés de l’hôtellerie-restauration qui ont déserté

Ces 120.000 salariés de l’hôtellerie-restauration qui ont déserté

Ces 120.000 salariés de l’hôtellerie-restauration qui ont déserté

 

Certains chefs de cuisine n’ont pas quitté le métier, mais se sont tournés vers la restauration collective. 103318735/janvier – stock.adobe.com

Les craintes des principales organisations patronales de l’hôtellerie-restauration, un secteur traditionnellement en tension, se sont confirmées. Anticipant la sortie du troisième confinement, ils ont mené en avril une étude, dont les résultats ont montré que 100.000 collaborateurs avaient quitté le secteur. Un chiffre qui avoisinerait désormais les 120.000 salariés. Nombre de saisonniers n’ont en effet pas repris du service cet été, obligeant les établissements à faire appel à de la main-d’œuvre étudiante encore plus que de coutume. Et une question demeure: que sont devenus tous ces employés du secteur?

Certains sont toujours au chômage, d’autres devenus auto-entrepreneur, d’autres encore ont changés de métiers.

Je suis devenu maître de cérémonie à 1 300 € par mois au rythme de trois enterrements quotidiens. Je dois parfois habiller les morts, accrocher un collier au cou d’une défunte”, cauchemarde Hugues, qui fut pourtant un extra heureux depuis 1987 avant que la pandémie de Covid-19 le plonge dans la pauvreté et l’indifférence. “On m’a refusé le RSA, car j’avais un peu d’épargne pour ma retraite. Je suis retourné chez ma mère, à 56 ans.

“Avant la crise, les employés avaient la tête dans le guidon et ne se posaient pas vraiment de questions”,analyse Jean-Claude Cahagnet, de l’Auberge des Saints Pères à Aulnay (Seine-Saint-Denis), qui a perdu la totalité de son personnel de salle depuis la crise. “Tous mes employés sont en CDI sans coupure, alors ils reviendront aussi pour leur salaire de 2 000 à 3 000 € pour un serveur”, modère le restaurateur Xavier Denamur. “Le stress du recrutement varie selon la situation géographique, la présence ou non d’une activité hôtelière, voire d’une terrasse”, décrypte Alban Moreau, du service social de l’entreprise de conseil et d’audit Fiteco.

Avec la réouverture des bars, restaurants et hôtels, une nouvelle réalité se dessine avec les employés du secteur qui jettent l’éponge et se réorientent vers d’autres métiers.

C’est une période compliquée pour la restauration et l’hôtellerie. À peine sorti d’une période qui l’a mis à rude épreuve, enchaînant les confinements et longs mois de fermeture, le secteur espérait se relancer. La réouverture de tous les établissements hôteliers, restaurants et autres lieux festifs, sortis de notre quotidien pendant si longtemps, laissait présager un rebond pour tous les établissements. Pourtant, des salariés du secteur ont vu cette reprise d’un autre œil : ils ont décidé de jeter l’éponge et de se réorienter pendant cette période inédite.

Source Le Figaro 

A la Une, Emploi

Laisser un commentaire