Une hôtellerie française un peu déboussolée

Une hôtellerie française un peu déboussolée

Une hôtellerie française un peu déboussolée

 

Depuis quelques années, les acteurs du secteur du tourisme, de l’hébergement et des loisirs guettent les signes d’une reprise économique qui, en France, tarde à se manifester franchement et durablement. Dans ce contexte, publient la 18ème édition des tendances annuelles de l’ hôtellerie. En 2015, certains niveaux de gamme sortent leur épingle du jeu, notamment dans les catégories supérieures ; mais des tensions persistent dans les autres gammes.

Une hôtellerie française un peu déboussolée

Les événements tragiques de l’année 2015, avec leur impact en particulier sur la capitale, soulignent que le secteur peut être brusquement et fortement affecté par des événements externes.

« Sur l’ensemble du territoire, les catégories Grand luxe et Milieu de gamme enregistrent des performances identiques à l’année 2014, alors que le marché Haut de gamme a le mieux performé, avec un Revenu moyen par chambre disponible (RevPAR) en progression de +1,7 %. L’ hôtellerie Super-économique, qui n’avait pas reporté sur ses tarifs la hausse de TVA subie en 2014, a en revanche augmenté ses prix en 2015. Parallèlement, sa fréquentation a enregistré un recul en 2015. A la fin de l’année, son RevPAR est en retrait de 1%. Les performances en régions restent globalement positives, voire très positives pour la Côte d’Azur. A l’inverse, Paris et, dans une moindre mesure, l’Ile-de-France ont enregistré un recul très net. » commente Philippe Gauguier, Associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso.

 

Les attentats terroristes auront marqué l’exercice 2015

Après les attentats du mois de janvier, la plupart des catégories d’hôtels ont subi une baisse de fréquentation de 3 % à 6 %, seule l’ hôtellerie Haut de gamme a vu son occupation progresser (+2,6 %). Les réservations déjà effectuées ont été compliquées à annuler en janvier, le mois de février a été par contre pleinement impacté.
En revanche, les hôteliers ont maintenu leurs prix. Ainsi cette période se termine par un recul de seulement 0,3 % du RevPAR, toutes catégories confondues, et dès le mois de mars, la tendance était de nouveau à la hausse.

L’impact aura été beaucoup plus marqué après les attentats de novembre. Si les hôteliers ont globalement maintenu leurs prix, la baisse de fréquentation aura été beaucoup plus importante, de -10,9 % à -14,6 % de taux d’occupation selon les catégories pour le mois de novembre, et de -15,4 % à -24,3 % pour le mois de décembre. Au terme de cette période de deux mois, le RevPAR a reculé à Paris de 13,4 %, se situant à 126 € HT toutes catégories confondues en 2015, contre 145 € en 2014.

Une année 2015 difficile pour Paris

L’exercice 2015 aura été compliqué pour l’ensemble des établissements parisiens. L’ hôtellerie Milieu de gamme termine l’année sur un recul de 5,5% de son RevPAR, avec seulement deux mois positifs sur l’année. Dans une moindre mesure, l’hôtellerie économique est également touchée avec un recul du RevPAR de 3,1 % à fin 2015. La période estivale, avec une forte fréquentation des clientèles touristiques, a été plutôt positive pour les catégories supérieures, mais plus difficile pour les catégories Milieu de gamme et Economique.

L’exercice 2016 dépendra en partie des résultats obtenus dans la lutte contre le terrorisme, mais Paris pourra s’appuyer sur son statut de destination touristique mondiale de premier ordre et sur des grands événements, dont l’Euro 2016.

Des performances très positives pour la Côte d’Azur

Grâce à une progression de la fréquentation et de la recette moyenne par chambre louée, l’hôtellerie de la Côte d’Azur enregistre un RevPAR en très nette augmentation (+14,5 % par rapport à 2014). Les professionnels hôteliers ont bénéficié d’un contexte favorable, avec une météo très agréable au mois de juillet, amplifié par le décalage du calendrier du Ramadan sur le mois de juin.

Le retour de clientèles à très haute contribution a largement bénéficié aux établissements Luxe et Haut de gamme. Dans ces catégories, la ville de Cannes enregistre une nette progression du RevPAR de +15,3 %.

En régions, des performances en hausse

En 2015, l’ hôtellerie en régions a su capitaliser sur le contexte favorable lié à la météo, au calendrier scolaire, et aux bénéfices d’une année impaire plus fournie en grands événements pour assurer un bilan positif en fin d’année. Les catégories supérieures sont celles qui ont le mieux performé avec des progressions de RevPAR supérieures à 5 % par rapport à 2014. La catégorie Grand luxe réalise un RevPAR de 165 € hors taxes, soit une hausse de +5,5 % sur ces cinq dernières années.
Inversement en entrée de gamme, le marché Super-économique termine l’année 2015 avec un RevPAR en recul de -0,9 %.

La Quotidienne

A la Une, Hôtels, Tourisme