Quel avenir pour deux hôtels de luxe des Champs-Elysées

Quel avenir pour deux hôtels de luxe des Champs-Elysées

Manifestation de salariés d’hôtels Parisiens appartenant au milliardaire saoudien Al Jaber

Le personnel de deux hôtels 5 étoiles de Paris inquiets pour des manquements à la gestion, à l’entretien et à la sécurité. LP/E.L.M.

Rue Balzac (VIIIe), à deux pas des Champs-Elysées, deux des hôtels du groupe JJW France, le Balzac et le de Vigny, sont sous pression. Ce jeudi matin, une partie du personnel avait décidé de manifester pour montrer son inquiétude sur l’avenir de ces établissements. C’est le quatrième débrayage en six mois.
Une trentaine de salariés des hôtels 5 étoiles Balzac et de Vigny, dans le VIIIe arrondissement de Paris, se sont rassemblés devant le siège de JJW France, holding du milliardaire saoudien Mohamed Al Jaber, a constaté l’AFP.Aux cris de « Al Jaber il faut payer », les salariés demandent le versement de 2,5 millions de cotisations sociales impayées depuis plusieurs mois (santé, retraite…), le paiement des fournisseurs et l’amélioration de leurs conditions de travail.

Ces deux hôtels, qui emploient près de 70 salariés, sont « à l’abandon », a affirmé à l’AFP Stéphane Batcho, délégué du personnel.

Une énorme dette à l’Urssaf

« Depuis six mois, la direction ne payait plus son abonnement à Booking.com. Nous n’avions plus que deux ou trois entrées de clients par jour. C’était la misère alors que c’est la reprise en ce moment », souligne un responsable syndical. C’est un symbole. Car les dettes commencent à s’accumuler. « La direction du groupe doit actuellement 2,5 M€ à l’Urssaf et aux complémentaires retraites. Certains fournisseurs ne sont plus payés. A l’hôtel de Vigny, deux ascenseurs du personnel sont en panne… La commission de sécurité du Balzac a donné un avis défavorable », déclinent les représentants du personnel soutenus par la CGT. « Tout cela pourrait finir par mettre en danger la situation des salariés des hôtels du groupe », dénoncent-ils.

Les salariés s’étaient mis en grève en décembre dernier après qu’une salariée partant à la retraite eut découvert que les cotisations aux caisses complémentaires n’avaient pas été réglées.

L’action de mercredi constitue le quatrième débrayage de salariés de ces hôtels depuis le début de l’année.

Une délégation a été reçue et la direction a montré un chèque de 37.000 euros de paiement de la mutuelle et a promis un engagement écrit sur les autres revendications.

« Nous n’avons guère confiance », a indiqué à l’AFP Marc Benard, un représentant du syndicat CGT, qui faisait partie de la délégation.

Dans un communiqué adressé à l’AFP mercredi soir, JJW France a expliqué ses difficultés par « la crise des +gilets jaunes+, qui a considérablement impacté le chiffre d’affaires des hôtels ».

« L’actionnaire du groupe est intervenu afin d’assurer que les problèmes financiers passagers du groupe n’auront pas d’impact sur la situation des salariés », affirme le groupe.

La direction assure « avoir toujours maintenu des relations cordiales avec les salariés » et « cherché à résoudre toute plainte dans un esprit de dialogue ».

Le milliardaire saoudien détient sept hôtels de luxe dans la capitale, et sa holding française JJW est placée depuis 2013 en procédure de sauvegarde, ce qui le protège de ses créanciers.

Mohamed Al Jaber est actuellement jugé à Paris pour corruption dans le cadre du procès Balkany.

L’accusation affirme que le maire de Levallois (au nord de Paris) Patrick Balkany s’est fait offrir fin 2009 un luxueux riad à Marrakech par le milliardaire saoudien en échange de délais de paiement dans le cadre d’un projet immobilier de 800 millions d’euros dont 243 millions de droits à construire, qui n’a finalement pas abouti.

Le Cheik Al Jaber attendu dans les prochains jours

Selon certaines sources proches de la direction, qui a refusé de s’exprimer directement, le Cheik Al Jaber a affirmé ne pas être au courant des défauts de gestion. « Il nous a réunis ce mercredi et a pris au sérieux nos réclamations. Nous avons aujourd’hui des promesses », soulignent les élus du personnel qui se sont dits satisfaits de cette rencontre. Le Cheik Al Jaber a notamment prévu de faire un tour de ces hôtels dans les prochains jours. Il est attendu rue Balzac ce mercredi.

 

Source Atlantico

A la Une, Emploi, Hôtels

Laisser un commentaire