Hôtellerie-restauration : les propositions du syndicat des restaurateurs pour faire revenir la main d’œuvre

Hôtellerie-restauration : les propositions du syndicat des restaurateurs pour faire revenir la main d’œuvre

Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration peine à recruter. L’UMIH, la principale organisation patronale, propose mardi 5 octobre une augmentation de 6 à 9% pour les salaires les plus bas, et une amélioration des conditions de travail.
Hôtellerie-restauration : les propositions du syndicat des restaurateurs pour faire revenir la main d'œuvre

Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration peine à recruter. L’UMIH, la principale organisation patronale, propose mardi 5 octobre une augmentation de 6 à 9% pour les salaires les plus bas, et une amélioration des conditions de travail.

Dans un établissement bordelais, en Gironde, quatre postes sont à pourvoir. Depuis la réouverture, les candidats manquent à l’appel, et le constat est partagé par toute la profession. Pour recruter, le syndicat des restaurateurs propose une augmentation des salaires minimum, jusque 9%, l’instauration d’un 13e mois et la possibilité d’avoir un week-end de libre chaque mois.

 

Plus de 100 000 postes vacants

“Ça nous permettrait de pouvoir vivre un peu mieux, et d’avoir plus de motivation à venir le matin travailler”, estime Pierre-Maxime Pharé, cuisinier. Marina Marchais, qui avait “arrêté la restauration pour avoir une vie de famille”, a quant à elle accepté de revenir, car elle a eu la possibilité d’être libre certains soirs. Plus de 100 000 postes seraient aujourd’hui vacants. “À un moment donné, il faut se poser les bonnes questions”, estime Thierry Gégoire, président de branche des saisonniers de l’UMIH. Selon lui, le problème est récurrent, et a seulement été “accéléré” durant la crise du Covid-19.

 

 

 

A la Une

Laisser un commentaire