Hôtellerie. Quelle chambre demain ?

Hôtellerie. Quelle chambre demain ?

 

Que sera la chambre d’hôtel de demain ?Entre univers numérique et prestations originales, les hôteliers tentent déjà de s’adapter.

Hôtellerie. Quelle chambre demain ?

Dans une région où le tourisme fait partie des enjeux majeurs de demain, l’hôtellerie se doit d’être au top et innovante. Pour se projeter dans l’avenir, la chambre de commerce et d’industrie du Morbihan propose régulièrement des ateliers. Chambres interactives, conciergerie digitale, robot majordome… Les chambres du futur seront sans doute celles de l’univers du tout numérique… Enfin peut être pas totalement.

Qu’en sera-t-il en Bretagne ? Comment adapter nos hôtels aux besoins d’une clientèle toujours plus exigeante ? Quelles prestations mettre au menu de la chambre du futur ?

Autant de questions que doivent se poser les professionnels aujourd’hui s’ils veulent rester dans le bon wagon demain. Réunis à la Chambre de commerce et d’industrie d’Auray (CCI), une douzaine de professionnels du tourisme, ont ainsi profité, jeudi dernier, d’un atelier de la veille tourisme, orchestré par Georgette Mercier.

Réfléchir à demain « Quatre fois par an, nous proposons aux spécialistes du tourisme de réfléchir sur différents thèmes », assure l’animatrice. Après les seniors actifs, et le tourisme fluvial, deux rendez-vous organisés en mars et en juin, l’idée était cette fois d’aborder un domaine plus futuriste. Intitulé « les chambres du futur : innovations et tendances », le thème du jour avait pour objectif de présenter ce qui se fait déjà ailleurs, les projets en cours, et ce qui pourrait être envisagé à plus ou moins long terme. L’occasion aussi pour les professionnels installés autour de la table de poser un diagnostic, de partager des expériences et proposer différents scénarios pour l’avenir. Connectées ou déconnectées ? Comment capter la clientèle ? Quelles prestations offrir ?

Doit-on se tourner vers de plus petites structures, plus intimes, plus proches de l’esprit des gîtes, de l’échange d’appartements, ou d’AirBnB ? Et si l’avenir n’était pas seulement un univers connecté, et si l’avenir c’était aussi de savoir déconnecter ? De pouvoir proposer des lieux insolites, comme Les Surprenantes, à Nantes, un hôtel éclaté, avec sa chambre Jules Verne et son décor personnalisé en plein coeur de ville ? Autant de questions que les professionnels ont tenu aussi à aborder en marge des nouvelles prestations. Ces changements de comportements impliqueront forcément une adaptation. Mais laquelle ? Assistera-t-on à une « ubernisation » du tourisme ?

La clientèle cherche toujours l’originalité, elle bouge, et le retour à la simplicité fait aussi partie de la réflexion globale. Peut-être tendra-t-on vers un nouveau modèle économique vers un tourisme collaboratif. La chambre au coeur du projet Toutefois, dans un monde où tout va de plus en plus vite, où tout est connecté, le secteur de l’hôtellerie ne sera bien entendu pas en reste. Profitant du rayonnement de l’innovation et des nouvelles technologies, il devra s’adapter aux nouveaux besoins d’une clientèle hyperconnectée. Une chose paraît d’ores et déjà certaine : la chambre sera la pièce maîtresse de l’hôtel. Elle pourra être modulable, mais surtout devra répondre à des critères d’esthétisme, de confort et de fonctionnalité.

Elle sera également personnalisée et personnalisable. Éclairage, design, décoration murale, choix des oreillers, literie hypersophistiquée, couleur de la chambre, parfums d’intérieur… Le client pourra choisir l’ambiance de la chambre, la transformer au besoin en bureau ou en salon de réception, tout gérer à distance afin que tout soit parfait à son arrivée. Sans oublier bien sûr les multiples possibilités d’interconnexions entre ses différents appareils. Côté salle de bains, là aussi on innove. Espaces lumineux, aérés, douche multifonctions, véritable pièce à vivre, elle proposera aussi le téléviseur à écran plat incrusté dans le miroir. Réservées dans un premier temps aux hôtels de luxe, ces prestations pourraient être proposées ensuite dans les établissements de moyenne gamme. À quel horizon ? Difficile à dire. Dix ans sûrement, cinq ans sans doute, peut-être moins.

Contact Georgette Mercier, tél. 02.97.02.40.00 ou g.mercier@morbihan.cci.fr

 

Le Télégramme

 

 

 

Partgagez

Plus d'articles

Ecrivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :