Du homard avec du château d’Yquem le scandale c’est l’accord mets/vins

Du homard avec du château d’Yquem le scandale c’est l’accord mets/vins

 

Depuis quelques jours, la polémique enfle autour des agapes somptueuses au frais du contribuable de François de Rugy lorsqu’il était président de l’Assemblée. Cette fois, c’est au tour des Vins d’Alsace d’épingler le ministre de la transition écologique qui aurait commis une grave faute… de goût.

 

Du homard avec du château d'Yquem, le scandale c'est l'accord mets/vinsDu homard avec du château d'Yquem, le scandale c'est l'accord mets/vins

« Le scandale c’est surtout l’accord mets/vins »

Depuis plusieurs jours, la polémique enfle. Et au-delà de celle, bien comprise, de l’utilisation dispendieuse des deniers publics en ces temps d’austérité voulus, c’est celle de l’élégance des de Rugy qui est aujourd’hui mise sur la table. Par le Civa et par tous les amateurs de vin.

Certes sur les photos, les de Rugy sont toujours bien mis. Mais leur chère table fait tâche. Déguster du homard avec du château d’Yquem :pensez donc ! Une offense au bon goût. N’ayons pas peur des mots : un scandale.

Du homard avec du château d'Yquem, le scandale c'est l'accord mets/vins

L’interprofessionnelle des Vins d’Alsace (CIVA) est la première à pincer le ministre pour cette avanie culinaire. Joint par téléphone Philippe Bouvet, directeur marketing du Civa, explique :  » Pour nous, le scandale c’est surtout l’accord mets/vins qui n’est pas du tout adapté. Château Yquem/ Homard : c’est un manque évident de tact et de raffinement. La preuve qu’il ne suffit pas de se saigner à blanc pour être élégant. »  265 euros pour tuer en bouche un homard géant déjà mort : ça fait cher le gâchis.

Il ne suffit pas de se saigner à blanc pour être élégant
-Philippe Bouvet, directeur marketing du Civa-

Servir des mets onéreux « en même temps » que des vins ruineux : à table l’adage macronien ne tient pas. Non. La distinction, la vraie, c’est le « OU ». « C’est chercher l’harmonie entre les plats et les vins. Sublimer les deux à la fois par un accord subtil. Pas de crâmer le plat et le travail du cuisinier comme c’est le cas ici ». Car tout bec fin le sait : le homard, et les crustacés en général, ne souffrent pas le doux. » On accompagne pas les crustacés avec des vins sucrés, moelleux et liquoreux comme le Sauterne, non. Ils emportent tout. Ils écrasent la finesse du plat. C’est un manque de respect. »

Moralité : à force de se prendre pour un roi, on se prend les pieds dans le tapis moelleux.

📣📣«  François De Rugy s’engage à rembourser chaque euro contesté »

Le véritable scandal c’est quand même d’avoir servi du Yquem sur un homard au lieu d’un Louis Latour Montrachet !!

Scandalisé par les photos des agapes royales (aux frais du contribuable) des époux de Rugy : sur un des clichés, on distingue clairement qu’une bouteille de Sauterne (château d’Yquem ?) accompagne des homards breton XXL.

Quelle faute de goût inexcusable !

Typique d’un parvenu !

Avec du sec, ça aurait été moins tendu

Pour sa brochette de homards géants, François de Rugy aurait dû choisir un vin blanc sec. Un vin d’Alsace. Evidemment. « Pour le homard, nous conseillons un vin blanc sec, tendu. Un grand cru d’Alsace aurait mieux fait l’affaire et à bien moindre coût. Avec 51 grands crus alsaciens, il avait largement le choix. »  

Dommage pour François de Rugy. L’Alsace lui aurait permis de se la jouer moins ronflant que le Bordeaux. Plus audacieux, plus modeste et surtout plus gastronome, qualité importante dans notre pays de bonne chère. Pas de quoi sauver les meubles mais le palais sûrement.

Un petit coup de gueule qui pourrait bien devenir un grand coup de pub pour nos vins alsaciens. « C’est un clin d’oeil un peu tendancieux c’est sûr mais on a rarement l’occasion ici de faire des publications sur l’accord homard/vin. Du coup, on en a profité. Nous sommes la première interprofession viticole à prendre la parole officiellement sur le sujet. C’est un petit coup de griffe qui montre que les vins alsaciens ont toute leur place sur la table des grands. L’idée c’est pas de faire enfler la polémique, juste de placer nos vins et de montrer qu’on en est fier. »

C’est un petit coup de griffe qui montre que les vins alsaciens ont toute leur place sur la table des grands
-Philippe Bouvet, directeur marketing du Civa-

Le communiqué est déjà diffusé sur les réseaux sociaux «  Les réactions sont bonnes, on souligne notre humour, ça fait parler de nous, c’est bien. »  Il sortira demain dans la presse régionale et les magazines spécialisés. Sera-ce la goutte qui fera déborder la coupe ?  Car si les Français pardonnent beaucoup de choses à leurs dirigeants, c’est bien connu, ils sont  par contre très à cheval sur les principes … gastronomiques.

Source France 3

A la Une, Cuisine, Insolite

Laisser un commentaire