Pourboires obligatoires ? L'Umih dément sans expliquer...

Pourboires obligatoires ? L’Umih dément sans expliquer…

Pourboires obligatoires ? L’Umih dément sans expliquer…

L’Umih vient de se fendre d’un communiqué visant à démentir les rumeurs concernant la mise en place du pourboire obligatoire. Mais les explications du syndicat restent pour le moins très floues… Voici le texte du communiqué reçu ce jour.

“Cette annonce racoleuse n’a aucun fondement”

 

 

“Eteignons la polémique !

De nombreux articles de presse et reportages parus depuis le 16 août ont laissé entendre que l’UMIH souhaitait rendre les pourboires obligatoires”, souligne l’Union.

Cette annonce racoleuse n’a aucun fondement et repose sur une interprétation erronée.

Pour l’UMIH, le pourboire n’est pas un sujet de débat en tant que tel. Au-delà de titres de presse accrocheurs, l’UMIH rappelle que le pourboire ne peut être rendu obligatoire puisqu’il s’agit d’une libéralité, d’une gratification, à la discrétion du client satisfait du service rendu.

Le vrai débat est ailleurs.

Alors que le chômage reste à un niveau très élevé, des centaines de milliers d’emplois restent paradoxalement non pourvus et particulièrement dans notre secteur d’activité.

 

“Le pourboire ne peut être rendu obligatoire…”

Cette situation s’est particulièrement dégradée cet été, ainsi qu’en témoignent les retours de l’ensemble de nos adhérents sur le territoire.

La difficulté à recruter du personnel est inacceptable au regard de la situation de l’emploi en France tandis qu’elle pénalise nos entreprises.

Ces dernières sont prêtes à embaucher des dizaines de milliers de salariés qu’elles pourront au besoin former grâce aux formations adaptées et financées par notre OPCA, le FAFIH.

L’UMIH étudie actuellement un plan d’envergure nationale visant à remédier à ces tensions sur le marché de l’emploi avec des propositions qu’elle soumettra au Gouvernement.

Notre volonté s’inscrit dans le long terme pour faire des métiers de l’accueil de véritables opportunités de carrière, et ainsi attirer des jeunes et des talents.

L’amélioration de l’accueil est un enjeu vital de la politique touristique pour laquelle nous nous sommes engagés avec le Gouvernement. Il est de notre responsabilité de valoriser l’ensemble de ces métiers sur lesquels repose l’avenir du tourisme.

Le débat est ouvert avec le Gouvernement, les organisations syndicales et les professionnels pour améliorer l’attractivité de nos métiers et, au-delà, de la destination France.”

 

Dont acte en attendant que les propositions de l’Union soient rendues publiques.

 

L’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) avec ses syndicats associés (GNC (Groupement national des chaînes), UMIH Prestige, SNRPO (Syndicat national de la restauration publique organisée), SNEG & Co (Syndicat National des entreprises gaies), SNRTC (Syndicat national de la restauration thématique et commerciale et la Chambre Syndicale des Cabarets et discothèques (CSCAD)) et avec la fusion de la CPIH, est l’organisation professionnelle leader du secteur et porte-parole des CHRD (cafés, hôtels, restaurants, discothèques). Depuis plus de 65 ans, la confédération représente, défend et promeut les professionnels indépendants cafetiers, restaurateurs, hôteliers, ainsi que les acteurs du monde de la nuit. L’UMIH est présente et active sur tout le territoire avec plus de 2 000 élus et 300 collaborateurs répartis en plus de 100 fédérations départementales (outre-mer inclus).

Tourmag

A la Une, Bar, Restaurants, Saisonniers