75% des Français sont prêts à travailler plus pour gagner plus

Les Français sont prêts à travailler davantage pour augmenter leur rémunération. C’est ce que révèle la première édition du Baromètre Andjaro réalisée avec Odoxa en octobre dernier auprès d’un panel de 1004 Français dont la moitié en activité. Focus sur les grandes lignes de l’enquête.

Etude Andjaro - Odoxa : 75 % des Français sont prêts à travailler plus pour gagner plus - ©  ViDi Studio - stock.adobe.com DMITRIY VASILENKO
Etude Andjaro – Odoxa : 75 % des Français sont prêts à travailler plus pour gagner plus – ©  ViDi Studio – stock.adobe.com DMITRIY VASILENKO

« Malgré le contexte économique angoissant, les Français sont prêts à accepter plus de souplesse dans leur contrat de travail et leur façon de travailler… à condition que cette souplesse bénéficie à tous », explique Gaël Sliman, cofondateur et président d’Odoxa.

75 % des Français sont ainsi prêts à travailler plus pour gagner plus et 84 % des salariés sont prêts à effectuer des remplacements de collègues ou à travailler dans d’autres équipes en échange d’avantages et d’une rémunération plus importante !

Globalement, il faut tout de même noter que 76 % des actifs sont satisfaits de leur travail, une proportion en nette hausse depuis le Covid, avec une hausse de 4 points depuis novembre 2018. 78 % des actifs jugent leur emploi intéressant et 65 % estiment même qu’il leur apporte un « épanouissement personnel ».

Un sentiment d’inquiétude dans le contexte économique actuel

A contrario, plus d’un actif sur cinq ne juge son emploi ni stable, ni intéressant, ni sécurisant. Nombreux indiquent ainsi connaître d’importantes contraintes professionnelles. Si celles-ci semblent gérables une à une, le cumul des contraintes est plus délicat pour 31 % des actifs qui doivent à la fois travailler le week-end et de nuit, ou de façon fractionnée. Pire, plus d’un actif sur quatre (27 %) estime que son emploi est « précaire ». Ainsi, 48 % se sent plus inquiet concernant son emploi qu’il y a 6 mois.

Dans ce contexte, le CDI est bien le type de contrat de travail le plus plébiscité pour deux tiers des actifs. Néanmoins, près d’un actif sur deux serait prêt à accepter un emploi en CDD ou en intérim s’il était en recherche d’un nouveau poste et si c’était le seul type de contrat qui lui était proposé. Les Français sont ainsi aujourd’hui bien plus ouverts aux contrats courts qu’autrefois en cas de nécessité.

Des collaborateurs plus flexibles et de nouvelles attentes

Contrairement aux idées reçues, les deux-tiers des Français interrogés associent le mot « flexibilité » à quelque chose de positif. Public comme privé, ils estiment que les absences de dernière minute d’un salarié d’un établissement constituent un problème important voire très important.

Pour contourner cet écueil, le fait de disposer d’applications permettant aux entreprises de trouver un collaborateur en cas d’absence de dernière minute est une solution jugée utile pour 86 % des Français interrogés.

C’est pour répondre à ces attentes et à ces enjeux qu’Andjaro poursuit l’optimisation de sa solution SaaS de gestion des remplacements ponctuels, dont la mission est d’accompagner les grandes organisations dans la digitalisation et la simplification de leur processus de remplacement.

Entre maîtrise du pouvoir d’achat, flexibilité et autonomie, les actifs montrent clairement l’envie et le besoin du développement de solutions numériques afin de s’adapter aux nouvelles attentes et organisations du travail.

« Au-delà de relever des faits marquants concernant les habitudes de travail des Français, les résultats du Baromètre nous révèlent surtout une flexibilité attendue de la part des salariés. Aux employeurs et équipes RH de se poser les bonnes questions aujourd’hui : la flexibilité dans votre entreprise est-elle subie ou perçue comme une contrainte par votre personnel ? Avez-vous mis en place une politique permettant de créer cette relation gagnant-gagnant avec vos collaborateurs ? Charge à l’organisation de mettre en place cette flexibilité, dans le respect des collaborateurs et en capitalisant sur la technologie pour les y aider », conclut Quentin Guilluy, cofondateur et CEO d’Andjaro.

Source RH Matin

Partgagez

Plus d'articles

La bienveillance chez GE RH Expert

Valeurs culturelles et sociétales de notre marque employeur Chez GE RH Expert, la valeur la plus importante dans les relations humaines est la bienveillance. Nous

Ecrivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :