Hôtels : les étoiles, comment ça marche ? 

Hôtels : les étoiles, comment ça marche ? 

Hôtels : les étoiles, comment ça marche ? 

Lorsque vous faites le choix d’un hébergement, le nombre d’étoiles est un critère non négligeable pour déterminer votre lieu de séjour. Mais si en France il est relativement facile de s’y retrouver, ce n’est pas forcément le cas à l’étranger. Petit tour d’horizon pour vous aider dans vos choix.

Hôtels : les étoiles, comment ça marche ? 

En France, la confiance règne

Dans l’Hexagone, on peut – plus qu’ailleurs – faire confiance à l’attribution des étoiles. Elles vont de 0 à 5 depuis le 1er janvier 2009 et sont délivrées par les préfets des départements, selon une liste de critères bien définis. Depuis octobre 2013, tout hôtel de tourisme peut prétendre à être classé, indépendamment de son nombre de chambre (seuil fixé de 6 chambres auparavant). Il est utile de mentionner ici que le classement est une initiative volontaire, la procédure étant initiée par l’exploitant de l’établissement.

Bon à savoir également : si le classement n’est pas obligatoire, en revanche l’affichage du panonceau est obligatoire pour l’établissement classé. Des inspecteurs sont employés pour vérifier les installations. Un hôtelier qui tenterait de s’auto-attribuer des étoiles risquerait de gros ennuis ! Les hôtels enregistrant un nombre de plaintes importants sont de plus en plus systématiquement inspectés.

Plus de 300 critères entrent en ligne de compte dans l’établissement du rapport. Ils concernent globalement :

  • La qualité du service : disponibilité du personnel, garantie de réservation,  rapidité de traitement des demandes…
  • Les caractéristiques du personnel : courtoisie, personnalisation entre autre
  • Les éléments tangibles : sécurité, confort des chambres, nombre d’équipements…
  • La présence d’attributs complémentaires : emplacement de l’établissement, services supplémentaires proposés

Hôtels : les étoiles, comment ça marche ? 

Mention spéciale aux hôtels 5 étoiles et aux palaces, qui se distinguent par des critères pouvant être géographiques, historiques, patrimoniaux et par l’excellence des services proposés.

C’est pourquoi, il se peut que vous ayez trouvé votre petit hôtel pas cher 3 étoiles bien plus confortable que votre résidence 4 étoiles à la montagne : cette dernière ne répondait peut-être pas aux normes environnementales et d’accessibilité.

Par ailleurs, la qualité du service selon des critères subjectifs (gentillesse et disponibilité) n’est pas vraiment évaluée, il se pourrait donc que vous appréciez plus votre séjour dans une petite pension 2* sans prétention, que dans un grand 4* impersonnel.

Et à l’étranger ? Les Français risquent de se faire avoir…

Malgré les récents efforts d’harmonisation de la classification hôtelière dans le monde, il n’existe pas de normes internationales concernant l’attribution d’étoiles. Chaque pays édite son propre règlement (quand il y en a un…). Parfois, les règlements diffèrent d’une région à l’autre d’un même pays.

Dans certaines destinations, le voyageur doit donc éviter de prendre le nombre d’étoiles au pied de la lettre, et vérifier les avis des voyageurs sur Internet. Les Français, habitués à une réglementation pertinente, risquent bien de se faire avoir lorsqu’il s’agit de choisir un hôtel dans un pays étranger.

CLIENTÈLE « HAUT DE GAMME » HABITUÉE DES 5 ÉTOILES DANS LE MONDE

Cette clientèle descend dans des 5 étoiles à Tokyo, New York ou Buenos Aires pour se retrouver, à Paris, dans un « simple » quatre étoiles.  Certains concurrents de la France – comme le Maroc, la Turquie ou l’Egypte – ont vu proliférer des hôtels 4 ou 5 étoiles, qui ne correspondent guère aux normes occidentales. De quoi déboussoler davantage les voyageurs. A Dubaï, destination à la mode, l’hôtel Burj Al Arab est allé jusqu’à s’autoproclamer « 7 étoiles » !

Hôtels : les étoiles, comment ça marche ? 

 

 

Alors soyez vigilant, suivez nos conseils et faites un tour sur les comparateurs d’hôtel ! 

Au Maroc et en Tunisie, il existe une réglementation locale similaire à la loi française, mais les établissements sont tout de même moins contrôlés et de nombreuses plaintes ont été déposées. Vérifiez toujours les avis sur les établissements avant de choisir votre hôtel. Les riads (maisons marocaines situées dans les villes anciennes) ont été convertis en maisons d’hôtes superbes et offrent des services d’hébergement ; sachez cependant que ceux-ci ne sont pas systématiquement classés.

En Angleterre, les B&B (à différencier des hôtels) affichent très rarement un nombre d’étoiles. Vous vous orienterez naturellement vers ceux-ci, en général bien plus confortables que les hôtels qui pourraient vous « vendre » du 3 ou 4 étoiles. Le service y est généralement plus personnalisé.

Aux USA, étant donné la prédominance des chaînes (Holiday Inn, etc…), vous ferez confiance plutôt au nom d’une enseigne qu’à un nombre d’étoiles pour juger de sa qualité. Motel 6, par exemple, sera moins luxueux que Howard Johnson.

En Italie, il existe une classification à 5 niveaux. Celle-ci est largement surestimée par rapport aux critères français. Ôtez au moins une étoile au nombre affiché. Nous avons pu remarquer ces dernières années un grand nombre d’ouverture de B&B et de la location d’appartements par des particuliers notamment dans les grandes villes et leurs périphéries.

En Espagne, fiez-vous au nom pour réserver un hôtel à Barcelone par exemple : hostales et residencias sont généralement plus vétustes que les paradores, hôtels de haut-standing.

En Thaïlande, le système d’étoiles est bien supérieur aux normes françaises. Dans un 2 ou 3 étoiles, vous bénéficierez déjà d’un service haut-de-gamme. Ne vous ruinez pas dans un 4 ou 5 étoiles, c’est inutile.

A la Une, Hôtels

Laisser un commentaire