Un Belge devient champion du monde des maîtres d’hôtel à Auxerre

Un Belge devient champion du monde des maîtres d’hôtel à Auxerre

 

Auxerre a été lundi la capitale mondiale des Arts de la table. Le lycée Vauban a accueilli le championnat du monde des maîtres d’hôtel : huit finalistes se sont affrontés devant un jury de meilleurs ouvriers de France et c’est un concurrent belge qui a été couronné devant deux Français.

 

Un Belge devient champion du monde des maîtres d’hôtel à Auxerre

Auxerre, France

le championnat du monde des maîtres d’hôtel qui s’est déroulé lundi à Auxerre (Yonne). Il  a été le plus talentueux dans les épreuves de mise en place de table, flambage, découpe et présentation de menu. Pour ce formateur d’école hôtelière (à Coxyde en Belgique), la victoire est une grande satisfaction mais ce n’est pas le plus important : “J’ai toujours fait des concours, parce qu’on apprend beaucoup” explique t-il, “au fur et à mesure, on progresse. Il ne faut pas faire des concours juste pour gagner”.

Une partie du Jury avec Michel Lugnier inspecteur général de l'éducation national

Un concours préparé depuis des mois

Apprendre, répéter le geste juste, enchaîner de façon fluide une présentation, avant de gagner il y a toute une mécanique à faire et à refaire cent fois dans sa tête. “Les dernier mois avant le concours, on travaille 24 heures sur 24” raconte le nouveau champion du monde “même dans votre lit, vous pensez à ce que vous pourriez faire pour être meilleur”.

Quand l’art de la découpe ou du flambage est maîtrisé, il faut parfois lutter contre soi-même en concours, contre ce stress qui peut vous faire commettre un faux pas : “le stress, c’est un grand risque d’erreur et ça peut aller très vite” concède t-il “pour réussir, il faut aussi un peu de chance”.

Un Belge devient champion du monde des maîtres d’hôtel à Auxerre

Une source inspiration pour les lycéens de Vauban

Baptiste Solé, étudiant en BTS au lycée Vauban a eu la chance d’être tiré au sort pour être en quelque sorte l’aide de camp du champion belge pendant le concours. “Pour la découpe par exemple, je lui apportais le poulet et la garniture”, explique le jeune homme.

Miguel Deva Barreto , le candidat du Portugal, pendant l’épreuve de la découpe. © Radio France – Thierry Boulant

Ce travail de petite main, est une véritable source d’inspiration pour Baptiste : “ça nous apprend la rigueur d’un concours et le métiers en lui même” reconnaît-il, “on voit où notre carrière pourrait nous mener un jour”.

Le candidat Congolais avec François Pipala et Louis Villeneuve

En tout, cent étudiants du lycée Vauban ont travaillé à l’organisation de ce championnat du monde et ont vécu cette expérience hors du commun. “C’est la rencontre de l’éducatif et du monde professionnel” explique Capucine Vigel, proviseur de l’établissement auxerrois, “c’est vraiment un trait d’union avec le modèle de l’excellence et une source de motivation pour nos  jeunes pour être performant et pour aimer ce beau métier”.

 

Le maître d’hôtel : un metteur en scène du repas

Ce métier  est bien plus de choses que celui d’un simple porteur d’assiettes. Le maître d’hôtel est plutôt une sorte de metteur en scène du repas,  un artiste qui apporte un peu de magie à une table.

Au palmarès de ce championnat du monde, deux Français qui maîtrisent tout à fait cette magie ont pris ex-æquo la deuxième place : le bourguignon Valentin Mérot qui officie au Relais Bernard Loiseau, à Saulieu (Côte-d’Or) et Elsa Jeanvoine qui évolue à l’Auberge De La Poutre à Bonlieu (Jura).

 Le bourguignon Valentin Mérot qui officie au Relais Bernard Loiseau à Saulieu (côte d'or) et Elsa Jeanvoine qui évolue à l’Auberge De La Poutre à Bonlieu (Jura), terminent à la deuxième place ex æquo. - Radio France
Le bourguignon Valentin Mérot qui officie au Relais Bernard Loiseau à Saulieu (côte d’or) et Elsa Jeanvoine qui évolue à l’Auberge De La Poutre à Bonlieu (Jura), terminent à la deuxième place ex æquo. © Radio France – Thierry Boulant

 

 

 

A la Une, Formation, Restaurants

Laisser un commentaire