Qu’est-ce que le coliving ?

Qu'est-ce que le coliving ?

Qu’est-ce que le coliving ?

 

La crise de la Covid-19 a mis un coup d’arrêt au marché hôtelier. Dès la fin du confinement, les hôtels ont progressivement rouvert pour accueillir les touristes estivaux. En régions, le parc hôtelier disponible est passé de 20% à plus de 90% à la fin de l’été. Ce n’est en revanche pas le cas à Paris par exemple, où seule la moitié des hôtels était à nouveau ouvert.

 

Qu'est-ce que le coliving ?

Le marché hôtelier pâtit fortement de la crise de la Covid-19.

Les taux d’occupation ont chuté de la même façon avec une perte de 37,2 points au global, mais les hôtels haut de gamme sont plus durement touchés (-45,4 points). Les séjours touristiques ayant été maintenus durant l’été, et la demande intérieure ayant augmenté faute de pouvoir partir à l’étranger, les hôtels des territoires touristiques français (bords de mer, montagnes…) affichent une bonne saison. Les métropoles, en revanche, entrainées par une demande de clientèle internationale et de séjours d’affaires ont été lourdement touchées. Les performances hôtelières ont chuté de plus de 50% à Nantes, Bordeaux, Toulouse ou Strasbourg, de deux-tiers à Paris, et même de -80% à Nice.

A moyen terme, l’activité hôtelière métropolitaine ne semble présenter un horizon radieux. Avec l’annulation progressive des congrès et évènements professionnels, et l’adoption du télétravail pour effectuer des réunions, les déplacements professionnels y trouvent une substitution provisoire.

L’adéquation entre un espace hôtelier et une transformation en résidence de coliving.

Si le modèle de l’hôtel vide ne tourne plus, se pose alors la question de les convertir. La conversion en logement apparaît couteuse et lourde sur le plan juridique.

La solution du coliving se présente ici comme plus adaptée : les espaces d’un hôtel sont configurés de telle façon à être facilement convertibles vers ce type de résidence. Le coliving comporte un triptyque « flexibilité, services, communauté ». Ainsi, les espaces comme le lobbys en rez-de-chaussée, souvent peu fréquentés, pourraient être convertis en espaces communs. Si un espace de restauration est préexistant, il pourrait être pérennisé soit comme une offre de restauration, soit comme une cuisine commune et accessible à la communauté de résidents – qui d’ailleurs peut être reconfigurée en espace de coworking le reste du temps. Enfin, la disposition des chambres dans les étages pourrait être maintenue comme telle, moyennant au besoin un réaménagement intérieur aux codes du coliving (avec notamment des rangements plus importants).

Un changement de modèle à prévoir… et un changement des mentalités.

L’adoption du modèle coliving nécessite toutefois des changements qui dépassent le métier classique de l’hôtellerie.

Par essence, l’hôtel offre une très grande flexibilité d’hébergement puisque l’on peut y séjourner à la nuitée. Cette flexibilité doit aussi être conservée pour de plus longs séjours allant de plusieurs semaines à plusieurs mois. De plus, la partie animation doit aussi être pensée sous forme d’activités ou de services communs proposés aux résidents, inclus ou non dans les loyers demandés. Des activités sportives, culinaires ou culturelles en sont de bons exemples.

D’autres services comme un espace de coworking accessible à tous les résidents et aux personnes externes font partie du lot d’exemples existants. Enfin, une réflexion reste à mener sur les métiers des hôteliers : le métier de réceptionniste, par exemple, pourrait tout à fait être voué à évoluer en community manager.

Colivme et BNP Paribas Real Estate Research France

 

La dernière tendance en matière de logement urbain ? Le coliving. Dans des villes comme New-York, Berlin ou Tokyo, un nouveau type d’habitat partagé, au sein d’un immeuble ou dans une grande maison, se développe en effet. Le concept a même gagné la France depuis 2017. Modèle hybride entre hôtel et colocation traditionnelle

 

Créé dans les années 2000, sur la côte ouest des États-Unis, le coliving est un nouveau mode de vie en collectivité. Il allie espaces privés et espaces partagés, et de nombreux services. Présentation de ce concept, de plus en plus à la mode.

Le coliving : c’est quoi ?

Le terme coliving vient de l’anglais « co » (ensemble) et « living » (vivre). L’habitation, meublée, se décompose en espaces privatifs (chambre d’une superficie de 20 à 30m2, salle de bain, petite cuisine) et partagés (salon, salle de sport, bibliothèque, SPA, espace de coworking, terrasse…).

A cela s’ajoute un large panel de services mutualisés : Wifi, ménage, parking surveillé, abonnement à Netflix ou OCS, cours de sport, sauna, trottinettes électriques en libre-service…

Parfois, une conciergerie est même présente pour gérer la réception des livraisons ou apporter et récupérer les vêtements au pressing. Les codes de la décoration et du service trouvent leur inspiration dans ceux de l’hôtellerie.

Sarrebourg Moselle Sud : vivre en grand ses émotions nature

Sarrebourg Moselle Sud : vivre en grand ses émotions nature

Un vaste territoire verdoyant, au patrimoine écologique et culturel scrupuleusement préservé

A qui s’adresse le coliving ?

Le coliving séduit particulièrement la génération des Millennials, déjà conquise par le partage sous toutes ses formes : colocation, coworking ou covoiturage. Mais pas seulement.

Le coliving peut également intéresser toutes les personnes en transition dans leur vie, les femmes et les hommes récemment divorcés, les actifs en mission pour quelques mois ou les jeunes séniors.

Tous sont susceptibles de rechercher une solution pour bénéficier d’un logement en location clé en main, tout en ayant l’opportunité de pouvoir nouer des liens.

Les atouts du coliving

Le coliving jouit d’une grande souplesse. Les baux sont flexibles et la durée de séjour en coliving est comprise entre 1 mois et 1 an.

Le loyer comprend l’assurance habitation et les nombreux services proposés par le logement partagé. L’avantage également est que les occupants ne subissent pas les contraintes de la colocation telles que le partage d’un même frigo, les querelles sur les tâches ménagères… Chacun jouit de son espace privatif (et donc de son frigo !) et des services qui facilitent la vie au quotidien. Les rapports sont simplifiés et chacun est plus disponible pour se rencontrer.

Les économies liées au coliving

Le coliving permettrait également de réaliser des économies : occuper son espace privatif et bénéficier des espaces partagés et des nombreux services coûterait environ 850 euros par mois contre 1000 euros pour un petit appartement en location meublée à Paris.

Ce nouveau mode de vie en collectivité est un bon moyen de lutter contre la solitude, dont un nombre croissant de personnes souffrent dans les grandes villes. Il vise également à fluidifier l’accès au logement.

Le coliving en France

En France, le coliving se développe. Lime, créé par Agathe Duboureau, a été précurseur en proposant, dès 2017, des suites en plein centre-ville de Bayonne (64).

La start-up Colonies propose, quant à elle, plusieurs lieux dédiés au coliving – à Fontainebleau (77), Paris 20e (75), Noisy-le-Grand (93)–. Et ailleurs, d’autres espaces de coliving ont vu le jour : la Casa Wellness à Colombes (92), ; ECLA à Massy-Palaiseau (91); The Babel Community à Marseille (13)… Un phénomène à suivre de près, qui devrait prendre de l’ampleur dans les prochaines années !

 

ColiveMe

 

Partgagersur :

Plus d'articles

Pénurie de main-d’œuvre : quels métiers recrutent le plus dans votre région ?

Des postes d’aides-soignants, de chauffeurs, de maçons, de vendeurs sont disponibles partout en France. Retrouvez sur notre cartographie les secteurs les plus porteurs et les

Ecrivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :