Pierre et Vacances-Center Parcs: « On a racheté presque tous nos concurrents »

Pierre et Vacances-Center Parcs: « On a racheté presque tous nos concurrents »

 

Numéro 1 de la résidence de tourisme, le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs a accueilli 8 millions de clients l’an passé. À 80 ans, son fondateur et PDG déborde d’idées et de projets.

Pierre et Vacances-Center Parcs: « On a racheté presque tous nos concurrents »

Qu’aviez-vous en tête quand vous avez créé Pierre & Vacances ?

En 1967, lorsque j’ai créé Avoriaz, l’idée de la résidence de tourisme est née du refus des chaînes hôtelières de s’y installer jugeant les activités à la montagne trop saisonnières et donc insuffisamment rentables. Nous avons alors imaginé d’autres formes d’hébergements touristiques.

Quel est votre concept ?

Notre modèle a vocation à être une alternative à l’hôtellerie traditionnelle et aux meublés. Au lieu de chambres, on offre aux familles des appartements ou des maisons, avec la même notion de normes et de services que dans les hôtels. Après la montagne, nous avons étendu le concept à d’autres sites : mer, campagne…

Vous êtes propriétaire de toutes vos résidences ?

On a près de 45 000 appartements et maisons, tous équipés, mais nous ne sommes propriétaires d’aucun. L’ensemble du parc touristique du groupe est la propriété d’investisseurs particuliers ou institutionnels moyennant un loyer garanti sur la durée du bail. Notre rôle est celui d’un prestataire de services qui détecte les emplacements, dessine les résidences et les resorts, leurs hébergements, leurs équipements de loisirs avec le support d’architectes, les construit, les commercialise auprès des investisseurs, définit les offres touristiques et les services.

Quelles sont aujourd’hui vos activités ?

Sur notre chiffre d’affaires annuel d’1,5 Md€ (NDLR : publié le 12 octobre), 86 % proviennent des activités touristiques sous les marques principales que sont Pierre & Vacances, Center Parcs et Adagio. Quant à l’activité immobilière correspondant à la vente immobilière, celle-ci représente environ 15 %.

Vous avez procédé à de nombreuses acquisitions…

Nous avons toujours été numéro un sur le marché de la résidence de tourisme en France et en Europe. D’autres se sont inspirés de notre création. On a racheté presque tous nos concurrents au fur et à mesure comme Maeva, RésidencesMGM… L’étape la plus importante a été Center Parcs, acquis en 2003. Son fondateur, le néerlandais Piet Derksen, avait développé son concept dans les années 1960 aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et en Angleterre.

C’était la pierre manquante de votre groupe ?

Il obéit à la même démarche que Pierre & Vacances : clientèle familiale, courts et moyens séjours, vacances à la carte. Tout le contraire du « All Inclusive » des villages club. Nous, on s’implantait plutôt à la montagne ou en bord de mer et Center Parcs visait la campagne. Il a développé le retour à la nature pendant le week-end agrémenté d’un espace aquatique dans lequel il a su créer un contexte exotique avec une eau chauffée à 29 degrés toute l’année et des palmiers. C’est une idée de génie dont l’attractivité tient à faire passer d’un monde à l’autre, à 2 heures de voiture de chez soi. Le potentiel de développement est considérable.

Leurs installations sont très onéreuses… 

Chaque Center Parcs coûte environ 300 M€, entre les hébergements, les équipements de loisirs dont l’espace aquatique, etc. La norme, c’est 800 cottages pour 4 000 personnes sur une surface de 20 000 m2. Pour une fréquentation élevée tout au long de l’année, il faut être proche des grandes villes à fort potentiel. Dans certaines régions comme le Lot-et-Garonne, entre Bordeaux et Toulouse, on estime que le potentiel de clientèle pour avoir un taux d’occupation satisfaisant toute l’année, c’est 400 cottages, soit la moitié. C’est un projet que nous espérons commencer dans quelques mois.

Une autre opération a vu le jour à Marne-la-Vallée…
C’est le dernier bébé ! Un projet considérable qui porte sur 500 ha (lire ci-dessous).

Pour tous ces projets, vous vous êtes tourné vers des investisseurs chinois… 

Le groupe HNA Tourism détient 10 % du capital de Pierre & Vacances. Il s’est engagé à mobiliser le financement des cinq premiers Center Parcs en Chine, pour un montant d’1 Md€. Nous participerons au développement des stations de montagne en Chine pour les JO d’hiver de Pékin en 2022.

Globalement, quelle clientèle visez-vous ?

Nous avons accueilli près de 8 millions de clients l’an passé. Notre cible est familiale : un couple avec deux enfants, souvent accompagné des grands parents, d’amis, des familles recomposées qui forment des sortes de tribus. L’autre point, c’est qu’avant nos locations étaient hebdomadaires. Maintenant, la flexibilité prime et les outils informatiques jouent un rôle fondamental dans la personnalisation du séjour.

Le numérique est un atout pour votre activité ?

C’est l’accès principal à nos offres touristiques et aux réservations. C’est fondamental pour la relation-client.

Quelles innovations à venir ?

Nous avons beaucoup de pistes, notamment sur l’évolution des hébergements, des résidences de tourisme, etc. Je n’en dirai pas plus.

Vous ne semblez pas près de partir à la retraite…

Pas encore. Quand j’élabore des projets avec des paysagistes, des architectes, cela me plaît plus que le golf, les croisières (rires)…

Un complexe touristique pharaonique vient d’ouvrir près de Paris

« Cela fait plus de dix ans que j’ai commencé ce projet avec Euro Disney », raconte Gérard Brémond, le PDG du groupe Pierre & vacances-Center Parcs au sujet de Villages Nature Paris, situé à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), à 32 km de la capitale et 6 km de Disneyland Paris. Pour ce faire, une société commune a été créée avec Euro Disney S.C.A., détenue à 50-50.

Ouvert début septembre, cette première phase « ne représente qu’ 1/5e de l’ensemble du projet, qui mettra des années et des années à se développer au fur et à mesure de son succès », explique Gérard Brémond. La première tranche représente un investissement global d’environ 500 M€ comprenant 1080 hébergements, un aqua-lagon à ciel ouvert, d’inspiration islandaise.

« Extraordinaire d’un point de vue architectural », selon le dirigeant, ce lagon est chauffé par géothermie. « On a creusé à 1 800 m de profondeur et cela permet de chauffer non seulement l’espace aquatique mais aussi tous les habitats », explique-t-il. L’eau du lagon affichera toute l’année une température de 30 degrés. Ce n’est pas tout. Le site compte une vraie ferme, une forêt des Légendes, des jardins extraordinaires… Il espère y accueillir un million de visiteurs par an.

 

Le Parisien

A la Une, Hôtels