Olivier Baussan: Le Comte de Provence Prince de l'OCCITANE

Rencontrer Olivier Baussan quand on aime la Provence c'est un peu un événement. Ce charmant monsieur fait partie des personnalités qui incarnent la Provence d'aujourd'hui.

Olivier Baussan: Le Comte de Provence Prince de l’OCCITANE

 

Rencontrer Olivier Baussan quand on aime la Provence c’est un peu un événement. Ce charmant monsieur fait partie des personnalités qui incarnent la Provence d’aujourd’hui.

 

Olivier BAUSSAN est également propriétaire de plusieurs établissements Parisiens dont le Best Western Premier Carré Folies, et utilise GE RH EXPERT au quotidien, pour des salariés en temps partagés, en CDD, ainsi que pour du recrutement accompagné.

 

Olivier BAUSSAN Provence l'Occitane ge rh expert

Olivier Baussan: Le Comte de Provence Prince de l’OCCITANE

Comme Marcel Pagnol ou Paul Ricard en leur temps, il a su magnifier cette région qui lui tient à cœur, sans jamais l’écorner. Provençal depuis sa plus tendre enfance, Oivier Baussan fait ses études à Aix-en-Provence, il est passionné de Lettres, un amour des mots qu’il cultive encore aujourd’hui à travers des lectures allant des Âmes Fortes de Jean Giono à 1Q84 d’Haruki Murakami. Personnage inclassable, il découvre à la fin des années 1970 l’art de la distillation et se lance dans la production d’huiles essentielles et de savons artisanaux. Son intuition est aussi une évidence pour cet amoureux de la Provence : distiller les plantes dont il respire les parfums depuis sa plus tendre enfance. Du romarin, puis du cade, de la lavande ou de l’olivier il tirera de puissants nectars aux vertus cosmétiques. De cette idée naîtra L’OCCITANE, créée en 1976 en hommage à la région de cœur d’Olivier Baussan. Très vite, ce puriste militant des produits naturels se fait une place sous le soleil de Provence. Chez cette âme bohême, ce sont les souvenirs, les rencontres et les désirs qui guident la création de chaque produit.

Parce qu’elle est bien plus qu’une simple carte postale de Provence, L’Occitane est ainsi devenue une marque incontournable et ambassadrice de la région au-delà des frontières de l’hexagone. Si Olivier Baussan n’est plus propriétaire de l’entreprise, son esprit demeure. En tant que directeur artistique de l’OCCITANE, il continue d’instiller de nouvelles idées, de nouvelles inspirations, et pour tout dire, sa vision poétique. Car ce qui frappe chez Olivier Baussan, c’est son esprit aventurier et rêveur. Il y a 11 ans en allant chercher un ami à Bastia, il découvre par hasard une petite distillerie qui travaille l’Immortelle, cette plante du maquis corse qu’il côtoie pourtant depuis son plus jeune âge, ses parents étant des inconditionnels de l’esprit bohème qui résidait à l’époque sur l’Île de Beauté. Résultat, une ligne de produits innovants et le développement d’une agriculture biologique en Corse autour de la “Belle du Maquis”.

Quand on lui demande s’il rêve de découvrir de nouvelles plantes, il dit «J’aime les choses qui arrivent par le hasard, je trouve que quand on cherche trop on ne trouve pas. J’essaie d’être disponible aux traditions des autres : j’aime les savoirs-faire et les artisans car je me retrouve en eux. Le respect de ces traditions me touche». Cette disponibilité est un état d’esprit auquel Olivier Baussan tient depuis le début, il poursuit « ma façon de m’habiller ne correspond pas à un look que je cultive mais, c’est quelque chose dans lequel je suis bien car je peux être en contact avec n’importe qui. Dans une campagne on s’identifie mutuellement, le paysan aura les mêmes vêtements que moi et on se reconnaît ! Je n’ai jamais eu la tentation de l’ostentatoire car ma nature c’est impérativement de ne pas l’être ! Je ne veux pas créer de barrières avec les autres. Au début de L’OCCITANE, j’ai sympathisé avec des petits producteurs, les gens me respectaient et me faisaient confiance malgré ma jeunesse et les incertitudes relatives à mes initiatives, j’avais le même langage, le même regard sur la nature et sans employer les mots clichés. Je déteste les clichés ! ». Et quand on évoque l’écologie, l’enfant du pays s’amuse : «Ce mot, je ne l’utilise plus ! J’ai remis les mots anciens au goût du jour comme co-développement au lieu de commerce équitable, qui me semble plus juste. On pense d’abord à se développer mais ce qui est bien selon moi c’est de le faire en permettant aux autres de se développer également».

Une philosophie qu’il met en pratique dès les années 1980 : il part au Burkina Faso pour travailler sur le karité et met en place un programme destiné à aider les femmes, seules autorisées à recueillir ces noix. Le karité, son ingrédient chéri pourtant non provençal, émane d’une belle histoire à laquelle Olivier Baussan rajoute de nouveaux chapitres à travers son action à la Fondation L’OCCITANE auprès des femmes du Burkina Faso. Acte manqué ou simple enclin du coeur, son produit préféré est le best seller de la marque, la crème mains au beurre de karité ! Olivier Baussan ne peut pas s’empêcher d’être sincère, cela fait partie de son personnage. Il n’a pas peur de dire qu’il est plus sympathique de citer Giono que de faire des statements marketing, alors qu’il est à l’origine d’une des plus belles réussites commerciales françaises dans le domaine de la cosmétique naturelle ! Olivier Baussan surprend. Sa passion pour la Provence n’a rien d’un amour exlusif. Et le succès international de la marque doit aussi à cette ouverture au monde. Quand la question de l’architecture pointe son nez, le fondateur de L’Occitane s’enthousiasme pour l’oeuvre de l’architecte Tadao Ando au Domaine du Château La Coste au Puy Sainte-Réparade, lui qui se verrait aussi bien vivre dans une construction dessinée par le moderniste Mies van der Rohe que dans sa demeure classée du village de Forcalquier. Il aime autant chiner à la recherche de pièces vintage à l’Isle sur la Sorgue que zieuter les créations contemporaines. Il déteste la Provence des clichés, estimant qu’il y a autre chose à y voir, et encourage le monde à prendre son temps, comme ces moments qu’il passe sur sa barque au Port de Bonifacio à composer des haikus* pour ses amis citadins comme d’autres écrivent des tweets. C’est quand on prend son temps que les jolies choses arrivent : «Et lorsqu’on est disponible les choses viennent à nous et j’aime donner du temps à la découverte. Lorsque l’on tire le fil d’une découverte avec toute la délicatesse que cela implique, c’est un plaisir immense. Tout vient doucement parce qu’on le respecte»… Olivier Baussan ne parle pas que de Provence, il parle aussi d’amour.

Partgagez

Plus d'articles

La bienveillance chez GE RH Expert

Valeurs culturelles et sociétales de notre marque employeur Chez GE RH Expert, la valeur la plus importante dans les relations humaines est la bienveillance. Nous

Ecrivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :