La prime exceptionnelle a rapporté 450 euros en moyenne à 2 millions de salariés

La prime exceptionnelle a rapporté 450 euros en moyenne à 2 millions de salariés

La prime exceptionnelle a rapporté 450 euros en moyenne à 2 millions de salariés

 

Plus de 200.000 entreprises ont adopté ce dispositif mis en place pour répondre la contestation des gilets jaunes.

La prime exceptionnelle défiscalisée a rapporté 450 euros en moyenne à 2 millions de Français

ÉCONOMIE – Une conséquence directe de la mobilisation des gilets jaunes. Deux millions de salariés ont reçu de leur employeur une prime exceptionnelle défiscalisée, d’un montant moyen de 450 euros, a annoncé mardi 19 mars le gouvernement, qui avait mis en place ce dispositif en décembre pour répondre à la contestation sociale.

Cette prime, versée par les entreprises, « a d’ores et déjà bénéficié à 2 millions de salariés pour un montant total versé excédant désormais 1 milliard d’euros », ont précisé dans un communiqué commun les ministres Agnès Buzyn (Solidarités), Bruno Le Maire (Economie), Muriel Pénicaud (Travail) et Gérald Darmanin (Comptes publics).

 

Agnès Buzyn

@agnesbuzyn

2 millions de travailleurs ont déjà touché la prime défiscalisée, versée par les employeurs et annoncée par @EmmanuelMacron pour répondre à l’urgence économique et sociale.

Beaucoup de petites entreprises qui jouent le jeu, un soutien concret au pouvoir d’achat !

La prime exceptionnelle a rapporté 450 euros en moyenne à 2 millions de salariés

Exonérée d’impôt sur le revenu, de cotisations sociales patronales et salariales et de prélèvements sociaux, cette prime s’adresse à des salariés dont la rémunération en 2018 était inférieure à trois Smic, soit environ 3600 euros net.

200.000 entreprises ont joué le jeu

Les chiffres communiqués par le gouvernement ne sont toutefois pas définitifs, puisque les entreprises ont jusqu’au 31 mars pour signer un accord collectif portant sur le versement de ce bonus. La prime a été octroyée « dans plus de 200.000 établissements », et « plus de 40% du montant total versé l’a été dans des entreprises de moins de 50 salariés », se sont félicités les ministres, qui ont tenu à « saluer l’engagement des entreprises à accompagner les mesures d’urgence » décidées en décembre par l’exécutif.

D’autres comme Accor Hôtels, ont préféré une prime sous condition de revenus : 600 € pour les salaires de moins de 2 000 euros et 400 € en dessous de 2 500 euros.

Première annonce officielle et premier cas concret du versement de la prime Macron dans la branche Hébergement Restauration. Le 26 décembre 2018, un collectif d’hôteliers indépendants membres de l’AhTop (association de lobbying hôtelier), à la tête desquels les groupes parisiens Astotel et Paris Inn Group, ont annoncé qu’ils attribueraient à leurs collaborateurs une prime exceptionnelle, conforme dans l’esprit à l’annonce faite par le président de la République le 10 décembre 2018.

Le 21 décembre, le Parlement avait définitivement adopté les modalités de cette prime volontaire exceptionnelle, exonérée fiscalement et socialement jusqu’à hauteur de 1000 euros. Prime réservée aux salariés payés moins de trois fois le Smic (soit 4563,66 euros bruts en 2019). Le législateur précisait que l’employeur pouvait décider de cette prime de manière unilatérale jusqu’au 31 janvier. Ensuite, et avant le 31 mars, il devrait négocier un accord d’entreprise.

Pour sa part, le collectif issu de l’AhTop a adopté un barème dégressif « d’équité », allant de 1000 euros pour les salaires bruts inférieurs ou égaux à 2000 euros, à 250 euros pour pour les salaires compris entre 3.000€ et 4.500€ (3600 € nets).

Selon les calculs de l’AhTop, près d’un million d’euros de primes exceptionnelles auront ainsi été versées en décembre à plus d’un millier de collaborateurs, en plus des primes conventionnelles qui ont été par ailleurs augmentées en 2018,.

Pour l’AhTop, le versement de cette prime permet au secteur, source de croissance pour la France malgré une fin d’année perturbé par les mouvements sociaux, de participer à l’amélioration du pouvoir d’achat de ses collaborateurs et au retour de la confiance dans l’entreprise.

Le collectif issu de l’AhTop a adopté une prime à barème dégressif
  • jusqu’à 1000 euros par personne pour des salaires bruts inférieurs ou égaux à 2000 euros
  • 500 euros net pour des salaires bruts compris entre 2000 et 300 euros
  • 250 euros pour les salaires bruts compris entre 3000 euros et 4 500 euros (3600 € nets)
Témoignages de ses initiateurs

Serge Cachan, président du groupe hôtelier Astotel

« Notre volonté était de répondre aux annonces du Président de la République pour donner un
véritable coup de pouce financier à nos collaborateurs. L’entreprise a un rôle social à jouer, c’est notre
responsabilité d’entrepreneurs et nous sommes heureux d’y contribuer. » 

Jean-Bernard Falco, président-fondateur du groupe de gestion hôtelière Paris Inn Group

« Nous sommes une industrie de services. Notre valeur ajoutée à destination de nos clients est liée à l’investissement personnel de nos collaborateurs. Nous leur faisons savoir tout au long de l’année notre reconnaissance mais par cet acte généreux, simple, citoyen et responsable, nous le leur prouvons une nouvelle fois. »

Le montant moyen versé est de 450 euros, mais 37% des salariés concernés ont touché le maximum autorisé par le dispositif, soit 1000 euros. A l’inverse, 1% des salariés ont touché moins de 100 euros.

Source Uffingtonpost 

A la Une, Emploi, Hôtels, Restaurants

Laisser un commentaire