La dure vie de réceptionniste

La dure vie de réceptionniste

La dure vie de réceptionniste

 

Pour moi, le pire job fut à La Bourboule, dans un hôtel-restaurant où je devais occuper le poste de réceptionniste. J’ai tenu 1 mois et demi (quand même ! ) et j’ai mis fin à ma période d’essai en plein coup de bourre.

La dure vie de réceptionniste

 

Car voici ma journée type :
– Levée à 5h30 pour pouvoir démarrer la cuisson des croissants pour le petit-déjeuner et accueillir le boulanger. Dans la foulée, finir la mise en place du petit déjeuner, service en chambre, service en salle, débarrasser la salle, la redresser pour midi, faire la plonge du petit déjeuner… et quand tout était fini, pause pour manger !
– puis service du midi en salle (je précise que JAMAIS je n’avais été serveuse et j’assurais seule une salle de 60 couverts maximum) , plonge du midi (je précise que je faisais la plonge et de la salle et de la cuisine) , nettoyage de la salle, dressage pour le soir… je finissais vers 16h environ… pour reprendre à 18h mais attention, comme je logeais dans l’hôtel, on m’appelait souvent pour faire une chambre ou autre… enfin ça, ça a duré 1 semaine car ensuite je ne restais pas dans la chambre ou je faisais la morte.
-18h, dîner rapide rapide puis service du dîner, plonge, dressage du petit déjeuner et dodo vers 2h pour recommencer à 5h30…

La dure vie de réceptionniste
Donc si vous comptez bien, je faisais du 17/18 heures par jour !!
Tout cela bien sûr pour le SMIC hotellier (moins que le smic normal vu qu’on est logé et nourri).
ET pour couronner le tableau, rajoutons le harcèlement sexuel du fils du patron qui devant mes refus répétés est devenu odieux avec moi les rares fois où il daignait venir bosser (le serveur, c’était lui normalement).
Les regards libidineux et remarques graveleuses du patron, le sadisme du cuistot qui chauffait les assiettes sans me le dire… et quand je pense que c’est un hôtel réputé !

 
Je précise que je ne suis jamais passée derrière la réception (le fils m’a d’ailleurs dit que je ne risquais pas, au cas où je pique dans la caisse) mais je me suis vengée en me barrant juste avant un service de midi complet.

Samestory

A la Une, Hôtels