La Cité de la gastronomie et du vin de Dijon sur les rails

Prévue sur un site de 6,5 hectares en plein centre-ville, la Cité internationale de la gastronomie et du vin va profiter d'un investissement de 200 millions d'euros pour proposer un vaste complexe.

La Cité de la gastronomie et du vin de Dijon sur les rails

 

Au kilomètre zéro de la route des vins de Bourgogne, la Cité internationale de la gastronomie et des vins de Dijon s’annonce comme un projet d’envergure.

La Cité de la gastronomie et du vin de Dijon sur les rails

Dijon s’apprête à accueillir un projet urbain de grande envergure. Après la fermeture du grand hôpital de la ville en avril 2015, le groupe Eiffage vient de remporter l’appel d’offre sur ce terrain pour un projet de taille : la construction de la Cité internationale de la gastronomie et du vin.

Elle se situera au coeur du périmètre des Climats du vignoble de Bourgogne, ces lieux-dits de la région consacrés à la viticulture, classés au patrimoine mondial de l’Unesco depuis juillet 2015. L’équipement est attendu comme un vrai moteur économique, touristique et commercial pour la capitale bourguignonne, qui devrait ainsi renforcer sa réputation à l’international.
Valoriser la tradition du vin en créant un nouveau quartier
Prévue sur un site de 6,5 hectares en plein centre-ville, la Cité internationale de la gastronomie et du vin va profiter d’un investissement de 200 millions d’euros pour proposer un vaste complexe. Des équipements culturels, en premier lieu, avec notamment un musée, un pôle de la gastronomie et du vin, un centre de conférences et la chapelle des Climats du vignoble de Bourgogne. Le pôle commercial accueillera quant à lui des boutiques, des cavistes, des bars, des restaurants et une grande épicerie (c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les accords mets et vins). Cet espace de plus de 4 500 mètres carrés comportera également un complexe cinématographique de 13 salles. Enfin, pour la partie touristique, la Cité comprendra un hôtel 5 étoiles, des habitations réhabilitées ainsi qu’un écoquartier de 540 logements incluant par exemple une résidence universitaire
Les travaux devraient débuter à la fin de l’année 2016, pour une livraison des premiers bâtiments en 2018. Pour les logements, il faudra attendre 2019 ou 2020. Ce projet devrait créer plus de 2 000 emplois, sans compter les retombées considérables pour l’économie locale. Et Dijon n’est pas la seule à construire sa Cité de la gastronomie. Pour répondre au récent classement par l’Unesco du repas gastronomique français au patrimoine immatériel de l’humanité, le ministère de la Culture a lancé un quatuor de Cités dédiées à l’art culinaire tricolore : Dijon, Lyon, Tours et Paris-Rungis. Sans compter Bordeaux, qui ouvrira sa Cité du vin en juin 2016.

Partgagez

Plus d'articles

Accor: une nouvelle collaboration avec Amadeus

Accor annonce une nouvelle collaboration avec la plateforme espagnole Amadeus, renforçant leur partenariat stratégique pour déployer le système central de réservation d’Amadeus (ACRS) sur l’ensemble

Ecrivez-nous