Discothèque : « Nous sommes prêts à rouvrir le 30 juin »

Discothèque : « Nous sommes prêts à rouvrir le 30 juin »

Discothèque : « Nous sommes prêts à rouvrir le 30 juin »

Après 15 mois de fermeture, les discothèques acceptent le pass sanitaire pour avoir le droit de rouvrir.
Le Conseil d’Etat a rejeté le 21 mai le référé de l’UMIH demandant d’intégrer en urgence les établissements de nuit dans la phase 3 du plan de déconfinement au même titre que les concerts et les mariages.

 

Discothèque : « Nous sommes prêts à rouvrir le 30 juin »

Toutefois, cette fin de non-recevoir devait être sérieusement nuancée. D’abord parce que le Conseil d’Etat met en garde l’Etat sur le risque de discrimination si les lieux de danse des mariages étaient ouverts et si les concerts sans jauge inférieur à 1 000 personnes venaient à être autorisés.
Ensuite, parce que le Conseil d’Etat, dans son ordonnance, reconnaît l’« atteinte grave à certaines libertés fondamentales, notamment la liberté d’entreprendre » et du fait que la mesure de fermeture prolongée « présente pour le secteur et à titre individuel pour chacun des intéressés des conséquences majeures, financières autant qu’humaines ».

Le 3 juin, l’UMIH et le GNI ont adressé une lettre ouverte au Président de la République, à travers laquelle ils rappellent le professionnalisme des dirigeants de discothèques qui sont habitués à la prévention et à la sécurité des personnes. De plus, les jeunes privés de discothèques iront cet été dans les fêtes privées où aucun contrôle n’existe, qu’il soit sanitaire, éthylique, drogue… La situation sanitaire de la France reste encore fragile, pour justifier la fermeture des discothèques.
Pendant toute cette période, les discussions entre les représentants des organisations professionnels et les services de l’Etat n’ont jamais cessé. Les allers-retours sur le protocole sanitaire notamment sont quotidiens.
Ainsi, une conférence de presse s’est tenue le 10 juin pour annoncer que les discothèques étaient prêtes à rouvrir dans le respect d’un protocole sanitaire strict.
L’accès est conditionné à la présentation par les clients d’un pass sanitaire valide : vaccination complète ou test RT-PCR ou antigénique ou autotest, dans les 48h qui précèdent l’entrée dans l’établissement. Cela, alors même que 90 % des établissements visés peuvent accueillir moins de 300 clients. Ce qui placerait les discothèques au-dessus des exigences demandées aux concerts, aux festivals ou même dans les mariages.

En ce qui concerne les jauges, du 30 juin au 30 juillet, les discothèques pourront accueillir en intérieur e 65 % de l’effectif maximal du public admissible fixé par le règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) de type P et en extérieur 85 %.
Du 31 juillet au 28 août, la règle du pass sanitaire reste inchangée. Quant à la jauge elle évolue avec un accueil en intérieur de 85 % de l’effectif maximal du public admissible fixé par le règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) de type P et de 100 % en extérieur.
Les règles sanitaires habituelles dans les CHRD sont obligatoires, telles que le port du maques lors des déambulations, la mise à disposition de gel hydroalcoolique, pas plus de six personnes par table, la consommation assise, limitation des croisements à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement, affichage des consignes sanitaires à respecter, de la jauge et l’obligation de télécharger et d’activer l’application TousAntiCovid, le cahier de rappel ou le QR code.
Les chefs d’entreprise s’engagent également a désigné un référent covid au sien de l’établissement.
Thierry Fontaine a rappelé
« Notre fermeture a créé des conditions sanitaires difficilement acceptables. Nous laisser fermer a fait place au risque. On ne vend pas un risque 0 covid. Ce que l’on vend c’est une division par 10, 20 ou 100 le risque de covid par rapport aux fêtes privées ».

« Les aides de l’Etat devront perdurer pour ceux que ne pourront pas rouvrir dans l’immédiat. Et devront accompagner, de manière dégressive, ceux qui rouvrent »

Partgagersur :

Plus d'articles

Pénurie de main-d’œuvre : quels métiers recrutent le plus dans votre région ?

Des postes d’aides-soignants, de chauffeurs, de maçons, de vendeurs sont disponibles partout en France. Retrouvez sur notre cartographie les secteurs les plus porteurs et les

Ecrivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :