Cette pizzeria demande aux parents de laisser « les enfants malpolis » chez eux

Cette pizzeria demande aux parents de laisser « les enfants malpolis » chez eux

Cette pizzeria demande aux parents de laisser "les enfants malpolis" chez eux

Jordan Vanderzalm / EyeEm / Getty Images

Le coup de gueule de ce restaurateur italien divise chez ses clients et sur les réseaux sociaux

Gabriele Berbenni, le propriétaire, s’adresse directement aux parents souhaitant venir manger dans son restaurant avec leurs enfants, les invitant…à rester chez eux si leurs progénitures sont trop turbulentes.

« Avis à tous les parents, laissez les enfants malpolis à la maison ou essayez de les éduquer. Les enfants laissés sans surveillance, qui courent partout dans le restaurant, qui hurlent ou mettent les pieds sur les chaises dérangent les clients. Nous nous réservons le droit de les prendre en cuisine pour leur faire faire la vaisselle avec du ruban adhésif sur la bouche », peut-on lire sur cette affiche rédigée avec humour, mais qui est très sérieuse.

 

La « situation s’est nettement améliorée »

« Soyons clairs : l’endroit n’est pas interdit aux enfants, puisque beaucoup continuent de venir chez nous, mais aux parents qui ne savent pas les éduquer », précise au journal italien Sabrina, la femme du gérant. Le restaurateur explique que plusieurs familles sont reparties à la lecture de cette affiche, mais il ne regrette rien car la « situation s’est nettement améliorée » dans son établissement. Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés entre les personnes lassées de voir des enfants perturber leur repas au restaurant et qui soutiennent Gabriel Berbenni, et celles outrées de son message.

Mais ce restaurant n’est pas le premier à agir de la sorte. Slate expliquait dans un article qu’un restaurant en Californie a lui banni les enfants « qui pleurent ou font du bruit » des lieux et n’accepte pas les chaises hautes, les poussettes ou les sièges bébé. En 2013, le Michelangelo, à Antibes, avait de son côté interdit l’accès aux poussettes. Aller plus loin est dans tous les cas illégal en France : comme Slate le souligne, l’article 225-1 du code pénal interdit à un commerçant de refuser la vente d’un service ou d’un produit à une personne en la discriminant en raison de son origine, de son sexe, de son âge ou encore de ses opinions politiques.

Source Capital 

A la Une, Restaurants

Laisser un commentaire