Harcellement en hôtellerie restauration, comment le prouver

Harcellement en hôtellerie restauration, comment le prouver

Harcellement en hôtellerie restauration, comment le prouver

 

Les secteurs d’activité les plus concernés sont l’hôtellerie et la restauration, l’industrie des biens et consommations, l’industrie automobile et le secteur de l’immobilier.

Harcellement en hôtellerie restauration, comment le prouver
Avatar de l’utilisateur

Harcèlement au travail : 1 salarié sur 6 en serait victime… Les femmes et les travailleurs du secteur de la restauration sont les clientèles les plus à risque d’être victimes de harcèlement psychologique, selon des données dévoilées par la Commission des normes du travail.

 

Pour souligner les dix ans de l’entrée en vigueur des normes protégeant les salariés contre le harcèlement psychologique, la Commission des normes du travail (CNT) a dressé un bilan des plaintes reçues pour établir le profil type des plaignants.

Il en ressort que les travailleurs les plus à risque sont ceux des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des bars, qui représentent 15 % des dossiers, ainsi que ceux du commerce de détail, dans la même proportion. Les travailleurs de l’enseignement, de la santé et des services sociaux représentent quant à eux 14 % des dossiers. Pas moins de 60 % des plaintes reçues ont été déposées par des femmes.

Messagepar Cheesy57 »

Bonjour,

J’ai actuellement un souci avec ma direction, je travaille dans l’hôtellerie en tant que réceptionniste de nuit avec un contrat de 4 nuits de 9h par semaine. Il est aussi stipulé que j’accepte d’effectué des remplacements ponctuel. Mais mes fonctions ne sont pas stipulé dans le contrat, il est juste dit que je dois accepter les ordres de ma direction, or la direction à tendance à abusé un peu.

Si je me fie à la définition de mon poste sur internet il est dit que je dois juste faire les check-in, mettre en place le petit déjeuner, m’occupé de la propreté de l’accueil et faire la clôture. Chose qu’une personne ma confirmé lors d’une prise de contact avec l’inspection du travail. Mais la directrice m’impose de faire des chambres, de nettoyé les couloirs, les lieux commun au employé, le parking et j’en passe. Récemment on as vu notre charge de travail augmenté, dorénavant les personnes qui sont en poste de journée n’ont pratiquement plus rien à faire.

Lorsque j’ai tenté de parler de cela avec la direction la réaction ne s’est pas fait prié, elle m’a accusé de ne pas faire mon travail depuis le début de mon entré dans l’entreprise, je me suis défendue et à court d’argument fantaisiste elle à préférer arrêter la discussion. J’ai reçu une lettre recommandé quelque jour plus tard de mise en garde sous prétexte que je n’ai pas à discuter les ordres qui me sont donnés.
En plus de cela elle me fait effectuer tous les remplacements de jours et lorsque personnes ne veut travailler certain jours, notamment le dimanche et mercredi après-midi elle me met de poste la journée. Je me plains mais rien ne change au contraire ça s’empire. Je commence récemment à avoir des soucis de santé à cause de tout cela (grosse perde de poids, problème de tension, dépression,etc..). Mais j’ai beau contacter les supérieurs de ma directrice rien ne change…

Je commence à avoir l’impression que tout cela relève du harcèlement et je commence à vraiment mal vivre tout cela. Comment prouvé qu’il y a un harcèlement ? Car ce genre de chose se passe toujours à l’oral et entre quatre yeux.

En vous remerciant d’avance.

Re: Harcellement en hôtellerie, comment le prouver.

Avatar de l’utilisateur

Messagepar Moderateur-01 »

 

Bonjour,
Est à préciser que la surcharge de travail apparait comme étant un indice que les juges doivent prendre en compte pour apprécier la présomption de harcèlement moral. Il n’y a pas de définition légale de la surcharge de travail, cependant elle peut être définit comme étant une masse de tâches professionnelles à accomplir par le salarié qui ne soit pas en adéquation avec ses capacités productives ou avec celles imposées aux salariés travaillant dans les mêmes conditions. en janvier 2014, la Cour de cassation a jugé qu’il revient à l’employeur de prouver que les faits présentés par un salarié ne constituent pas un harcèlement moral.
Et nous vous informons que le 14 janvier 2014, la Cour de cassation a pu juger que dès lors que la salariée produisait des éléments démontrant la potentialité du harcèlement, quelle que soit leur nature, il appartenait à l’employeur, conformément aux principes probatoires légalement prescrits, de démontrer que la rupture du contrat de travail était justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement moral.
La charge de preuve incombe donc sur l’employeur.Cordialement,

 

A la Une, Emploi, Hôtels, Restaurants