Un salarié épinglé pour avoir utilisé ses tickets restaurant le dimanche (alors que c'est interdit)

Un salarié épinglé pour avoir utilisé ses tickets restaurant le dimanche (alors que c’est interdit)

Un salarié épinglé pour avoir utilisé ses tickets restaurant le dimanche (alors que c’est interdit)

 

Comme le raconte le magazine « Challenges », le patron d’une PME parisienne a reçu une note de neuf pages de l’inspection du travail. Un rappel à l’ordre qui lui reste en travers de la gorge.

 Un salarié épinglé pour avoir utilisé ses tickets restaurant le dimanche (alors que c'est interdit)Il est interdit d’utiliser vos tickets restaurant le dimanche. Cette règle méconnue a été rappelée par l’inspection du travail à une petite entreprise parisienne, rapporte Challenges, mercredi 28 février. Le patron de cette PME a eu la surprise de recevoir une note de neuf pages, dénonçant l’utilisation de ces titres par l’un de ses salariés le week-end dans des McDonald’s.

« Mes contrôles réalisés (…) au sein de deux établissements de restauration rapide McDonald’s (…) m’ont permis de constater l’utilisation de titre(s)-restaurant par de(s) salariés(s) ou agent(s) de votre structure (…) notamment un jour non ouvrable », écrit l’inspecteur, avant de rappeler les règles strictes qui encadrent ces chèques.

« J’ai cru à un gag »

Le patron incriminé ne décolère pas. « J’ai cru à un gag, c’est tellement ridicule ! Les inspecteurs du travail ne doivent pas être très occupés en ce moment, confie-t-il au magazine Challenges. Personnellement, j’ignorais qu’il existait des jours où on ne pouvait pas utiliser ses titres-restaurant. Toutes les personnes que je connais les utilisent n’importe quand. »

Le Code du travail est pourtant clair sur ce point. « Les titres-restaurant ne sont pas utilisables les dimanches et jours fériés, sauf décision contraire de l’employeur au bénéfice exclusif des salariés travaillant pendant ces mêmes jours », stipule l’article R3262-8. Le patron de PME a confié à Challenges qu’il n’avait pas l’intention de donner suite à cette note, malgré le risque d’amende.

A la Une, Restaurants