Les hôtels interdits aux enfants font mouche en Allemagne

Les hôtels interdits aux enfants font mouche en Allemagne

Les hôtels interdits aux enfants font mouche en Allemagne

 

Une quarantaine d’établissements hôteliers sont totalement interdits aux marmots en Allemagne, et le concept semble plaire à un public à la recherche de calme. Ce concept fait déjà « fureur » en France. 

Les hôtels interdits aux enfants font mouche en Allemagne

Les invités de moins de 16 ans ne peuvent donc pas accéder à ces hôtels où on garantit « la paix » aux adultes. C’est le cas par exemple de l’hôtel Esplanade ou de l’hôtel Dolce Vita.
D’après le site Urlaub Ohne Kinder (Vacances sans Enfants), il existe 682 hôtels sans enfants dans le monde à ce jour, et 40 d’entre eux sont en Allemagne.
En Allemagne, le nombre de couple sans enfants est beaucoup plus élevé qu’en France, puisque le taux de natalité y est le plus bas d’Europe.
Le développement de ce genre d’hôtels peut être pose un problème éthique car ils sont discriminatoire envers les familles et les personnes de moins de 16 ans. L’agence Anti-Discrimination allemande a déclaré que ces établissements étaient « problématiques » .
En France, le site Urlaub Ohne Kinder recense 3 établissements sans enfants, parmi lesquels le Macassar dans la Somme et la Villa St Maxime près de Nice (interdit aux moins de 12 ans). Ces deux hôtels n’affichent cependant pas cette politique de façon ouverte, ni comme un argument de vente auprès des visiteurs, contrairement à certains de leurs confrères allemands.
Qu’en pensez-vous ? L’argument qui targue que le niveau sonore est moins élevé lorsqu’il n’y a pas d’enfants est-il suffisant pour mettre en place ce genre d’établissements ? Et peut-on parler de discrimination dans cette situation ?

Hôtel sans enfants: paradis ou aberration?
Samedi dernier, avant de prendre la route pour notre week-end de filles pour souligner sa fête, j’ai lu le dossier Hébergement: les enfants, persona non grata dans La Presse. On y apprend que 43% des adultes Québécois seraient favorables à l’existence d’hôtels réservés aux adultes tandis que 50% sont contre. Certains disent que les enfants ne sont pas les plus dérangeants dans les hôtels, d’autres suggèrent de cibler le positionnement à un tel point que les familles n’aient pas envie d’y aller, d’autres pensent que chacun – et surtout en vacances – a droit de se faire vraiment plaisir et de s’éviter le plus possible les potentiels désagréments.

Je n’ai pas hurlé au scandale. Je suis même plutôt d’accord avec l’idée que certains hôtels s’affichent clairement pour les familles et que d’autres interdisent même le séjour aux enfants ou selon différents âges. Peut-être que la plupart ouvriraient leurs portes à tous… comme maintenant.

Quand je voyage, je veux le mieux. Si la vocation de chaque établissement était plus clair, on éviterait de se retrouver dans un tout-inclus avec les enfants où une bande de cégepiens saoul-en-quasi-permanence feraient des concours douteux dans les piscines à côté des petits! Expérience subie par un couple d’amis qui ont dû aborder une série de sujets et faire un cours d’éducation sexuelles avec leurs enfants alors qu’ils étaient tous en vacances (sans compter leur sommeil perturbé par les ivrognes sur le party jusqu’aux petites heures!). Ils auraient aimé mieux savoir avant de partir. Et on les comprend.

Et puis, je m’imagine bien partir en amoureux en vacances sans vouloir avoir à dealer avec les enfants des autres couples autour. Normal? Discriminatoire? Je penche plus sur la première réponse. On doit pouvoir choisir. On économise quand même pour se payer ces petits luxes alors go pour le libre choix.

Quand vient le temps de voyager avec les enfants, j’aime bien mieux voyager dans un endroit où je sentirai qu’ils sont les bienvenus et à l’aise et où les installations seront adéquates.

J’ai réfléchi à tout ça, samedi, sur la route. En débarquant nos valises et en récupérant la clé à l’entrée, nous avons zyeuté sur le bain tourbillon. Ahhh! Le bonheur! Puis, la réalité s’est imposée à nous. Dans cet hôtel séjournait… une équipe de hockey. Des jeunes joueurs de 10 ans maximum et toute la ribambelle de parents qui va avec. Des enfants. Des enfants grouillants et bruyants qui ressemblaient plutôt à un troupeau d’éléphants peu discrets qui gambadaient dans le corridor jusqu’à minuit. Qui parlaient très fort aussi. Tout le temps.

Je me suis surprise à me dire «Ah si c’était un hôtel sans enfants!», mais j’ai stoppé ma réflexion: on n’aurait pas pu y séjourner nous non plus. Mais j’ai fait ricocher ma réflexion en m’imaginant être allée dans cet hôtel en couple, pour un séjour romantique. De quoi déchanter quand tu partages le corridor avec toute une équipe d’hockey!

Mais (puisque je ne dormais plus!), je me suis aussi dit que les vacances, ça commence aussi dans la tête. Il faut te mettre dans le mood « décrochage » et te créer une bulle. Et espérer qu’elle soit assez étanche pour ne pas trop te perturber.

Quoiqu’on manque tellement de temps et qu’on n’a pas assez de semaines de vacances pour se les gâcher…

Vous en pensez quoi? (on se rappelle, on jaaaase!)

Les Imparfaites

 

A la Une, Hôtels, Tourisme