Invisibles et souvent muettes – Il était une fois … les Femmes de Chambre

Invisibles et souvent muettes – Il était une fois … les Femmes de Chambre

Invisibles et souvent muettes – Il était une fois … les Femmes de Chambre

 

Abus dans les grands hôtels : la parole aux femmes de chambre

Invisibles et souvent muettes – Il était une fois … les Femmes de Chambre

L’affaire DSK met en lumière le quotidien difficile des femmes de chambres.

Témoignages de celles qui oeuvrent dans le grand secret des grands hôtels de Suisse romande. Leur récit révèle de fréquents abus.

Femme de ménage, un boulot d’enfer

Quelle est la vie d’une femme de ménage? En Suisse, l’économie domestique est une nébuleuse où s’activent près de 130’000 personnes. Nettoyage, garde d’enfants, accompagnement de personnes âgées, nos «bonnes à tout faire» sont souvent non déclarées et victimes de sous-enchère salariale. Un monde de fatigue et peu de considéré, où les Suisses sont rares.

Durant les dix dernières années, le nombre d’employés a significativement augmenté au sein des ménages privés. Un phénomène lié à l’évolution de la structure professionnelle de nombreuses familles, où hommes et femmes sont obligés de travailler. La majorité des employés sont des femmes de ménage. Leurs conditions de travail sont souvent marquées par de très bas salaires, et comme la plupart d’entre elles proviennent de pays extra-européens, elles sont forcées d’évoluer dans la clandestinité. La loi sur le travail au noir, entrée en vigueur en 2008, oblige pourtant les employeurs privés à déclarer leurs femmes de ménage. Mais le processus est lent, malgré les dispositions visant à faciliter les démarches prises par quelques cantons romands.

Théâtre d’une concurrence acharnée, le monde des entreprises de nettoyage est lui plus réglementé. Pour contrer la sous-enchère salariale, des conventions collectives de travail ont vu le jour, mais les employés sont généralement payés au minimum légal et beaucoup de micro-entreprises échappent à tout contrôle. Pour s’en sortir, les nettoyeuses et nettoyeurs engagés dans ces entreprises sont obligés de cumuler les contrats et d’effectuer parfois des journées de 12 à 14 heures de travail.
Malgré ces conditions, aujourd’hui en Suisse les espoirs de nombreuses femmes venues d’ailleurs reposent sur ce métier souvent jugé comme dévalorisant. Avec le temps, femmes de ménage et nettoyeuses sont devenues des partenaires indispensables dans le cadre professionnel et familial. Présentes dans l’intimité des gens, elles restent souvent des inconnues qui se fatiguent à notre service.

Un reportage de Jean-Daniel Bohnenblust et Jean Quaratino

A la Une, Hôtels