Les cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?

Les cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?

Les cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?

 

Régulièrement je reprend les articles de Romain, Cuisinier. Un Cuisiniers blogueur, quoi de mieux pour aborder les vrais soucis ou bonheurs de la Cuisine et des Cuisiniers 🙂 

Les cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?

Il est 15 h, toute la brigade se retrouve autour du plan de travail central.

Il faut finir d’éplucher les 3 colis d’oignons.

Et là, il suffit d’une simple phrase pour que tout dérape !

» Fait voir ton oignon?  »

Les sourires arrivent et suivent les réflexions salaces.

C’est parti, la discussion est engagé, la Fistiniére et Jacquie et Michel sont de la partie !

La base…

Suite à de fortes pressions :-), je me suis lancé à écrire cet article controversé qui au fil du temps m’est paru comme évident. C’est vrai, trouver-moi une seule cuisine avec des cuisiniers (homme ou femme confondue)  qui ne sont pas portés sur la chose ! (Virginie Basselot et d’autres vont appréciées 🙂 )

C’est sûr que le fait de parler de cela en cuisine ne fait pas le métier. On est loin de la passion, des produits… Mais il n’empêche que c’est là. Dans notre quotidien, qu’on le veuille ou non.

Cela viendrait de la virilité? Pas sûr, vu que la gent féminine en cuisine ne donne pas sa part au chien non plus. Peut-être bien une certaine tradition, je l’ignore.Les cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?

Ce que je sais par contre, c’est que dans la plupart des cas cela tourne autour de l’humour. Et on peut dire ce que l’on veut, mais les cuisiniers sont bien portés sur la connerie !

Tout le monde a déjà entendu cet appel à la cuisine de la part d’un serveur. Vous savez, ce léger signe de la tête avec les yeux presque retournés pour nous montrer que madame à la table 4 est plutôt pas mal. Pour ne pas faire de jaloux(se), le même procédé concerne les serveuses, peut-être avec plus de délicatesse, c’est certain.

Ces ingrédients qui ne nous aident pas !

Le plus drôle, je pense,  reste la morille. Je n’invente rien et me réfère à un ouvrage d’un chef doublement étoilé qui dit : » On lui attribue, dés qu’on l’écrase entre les doigts, un caractère « spermatique ».

Oui, oui. Je sais ce que vous vous dites, ce sont des conneries juste bon à épater la galerie.

Alors penchez-vous au dessus d’une caisse de morille fraîchement lavée pour vous rendre compte par vous-même de cette troublante vérité. Je sais et j’en suis désolé, mais vous ne verrez plus les morilles comme avant. 🙂

(Je sens que les commandes de morille vont augmenter après cet article…)

Dans le même registre, (je parle d’odeur…) on trouve la moelle de bœuf qui n’a rien à envier à sa voisine.

L’oignon ! Un grand classique, qui ne perd rien en dynamisme malgré sa banalité. En fait, les vannes dessus fonctionnent toujours , simple et efficace! Je vous ferai bien un dessin, mais ma consciente n’est pas de cet avis.

S’il y a bien un aliment qui peut choquer les non-initié, c’est la volaille. Pourquoi ? Allez-vous me dire ? Rien d’érotique danLes cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?s une volaille.

Voilà, vous êtes tranquillement en train de préparer le volatile. Vous arrivez à l’étape où il faut le vider, et bien évidement il n’y a qu’un seul endroit possible si l’on ne veut pas abîmer la chair.  C’est là qu’un de vos collègues va gueuler à travers la cuisine  » Ah t’adore ça fourrer des dindes !  » Et pour couronner le tout c’est à ce moment précis, que va passer le serveur beau gosse ou la mignonne petite sommelière, en jetant bien évidemment un regard bizarre à l’exploit que vient de vanter votre collègue.

Un léger problème d’interprétation…

La branlette du pâtissier !!! Je m’explique ne vous en fait pas… Faites simplement attention la prochaine fois que ce cher amis de la pâtisserie, monte une crème Chantilly à la main. Forcément, il se trouve dos à vous. Ce que vous voyez, c’est juste qu’il est en train de donner tout ce qu’il a, la tête courbée et la carrure renfermée. Cela prête à confusion. Vous lancez quand même, un petit « ça va ? », histoire de vous rassurer. Pour les plus anciens rappelez-vous cette pub pour Cuisinella qui illustre parfaitement ce que je veut dire… Pour les autres, je vous mets quand même le lien 😉

La love-machine

Dans la plupart des brigades, il y aura toujours une personne qui a le feu, un peu plus que les autres. C’est lui qui va poser des questions indiscrètes de paluchage au nouveau stagiaire qui vient d’arriver. Lui, qui vous expliquera en détail la ressemblance des moules de Bouchot avec ces copines de la Jonquera. Il arrive aussi dans des moments relativement banals et calmes, à faire sortir du sommeil certain commis ou apprenti avec une petite blague mêlant du beurre et des curées. Non! Je ne vous la raconterais pas, je n’ai pas de système de censure sur le site 😉

Bref le collègue, il a chaud… Mais surtout, il nous fait bien marrer !

Pour finir, ce qu’il faut se dire, c’est que nous n’avons pas le monopole de l’ambiance cochonne. Prenez la finesse de certaines discussions sur les chantiers ou dans les garages par exemple. Mais je tiens à vous rassurer quand même, nous sommes bien placés !

 

Les cuisiniers sont-ils portés sur la chose ?

Romain une vie en Cuisine

A la Une, Insolite, Restaurants