Conseils pour travailler en Hôtellerie et restauration en Australie

Conseils pour travailler en Hôtellerie et restauration en Australie

Conseils pour travailler en Hôtellerie et restauration en Australie

 

Et si on changeait de décor pour partir à la chasse aux opportunités Down Under? Et pourquoi pas en profiter pour changer de carrière?

Conseils pour travailler en Hôtellerie et restauration en Australie

Tu aimes la bonne cuisine (si si tu es Français, tu aimes) et l’idée de fouetter tes propres créations culinaires fait naître un petit sourire en coin de lèvres? Peut-être devrais-tu envisager de devenir chef cuisinier en Australie.

Ne juge pas trop vite la culture culinaire australienne : on est loin des visions nord-américaines et britaniques de la chose. L’Australie pourrait te surprendre. La culture culinaire australienne s’est nourrie des influences des cuisines du monde entier. Vous trouverez des restaurants spécialisés dans toute sorte de cuisines du monde, motivés par cette curiosité pour les nouveaux goûts.

Il y a actuellement environ 75 000 chefs cuisiniers travaillant sur le sol australien, que ce soit dans des restaurants, hotels, cafés ou autres établissements. Travailler en temps que chef peut être très gratifiant. Cependant il faut être préparé à devoir travailler pendant de longues heures, même pendant les week ends, et savoir réagir vite et bien sous pression.

Une fois conscient de l’investissement personnel demandé, le meilleur moyen pour devenir un chef cuisinier est de commencer un apprentissage, c’est-à-dire étudier et travailler en similtanéité. Il existe énormément de cours proposés par les TAFE (Technical and Further Education – Établissements d’enseignements techniques) et beaucoup d’établissements privés proposent aussi des diplomes et certifications afin de te préparer au mieux pour ta future carrière dans la restauration.

La restauration est une industrie dynamique avec une croissance rapide. Avoir une formation de chef cuisinier est une excellente opportunité pour trouver un travail très bien payé rapidement. Les chefs cuisiniers qualifiés européens sont actuellement très recherchés et ont de grande chance de décrocher un Sponsorship Visa. Les chefs cuisto avec des compétences rares et précises sont très difficiles à trouver pour les entreprises. Avec un Sponsorship Visa, tu es assurée d’une stabilité professionnelle sur du long terme. Beaucoup d’étudiants Go Study travaillent actuellement comme chefs cuisinier en Australie et la plupart trouvent rapidement un Sponsorship Visa.

L’avantage d’être chef cuisto en Australie est que tu peux facilement trouver du travail presque partout dans ce grand pays. Partout où il y a des gens, il y aura de la mangeaille pour les rendre heureux! Par exemple, si on prend une destination très touristique comme Cairns, un chef cuisto qualifié est très recherché. Cette ville vit essentiellement du tourisme et trouver un emploi en dehors de la restauration est très délicat. Autre avantage : l’Australie possède le salaire minimum le plus élevé du monde. Ainsi, les travailleurs dans la restauration, même les novices, sont relativement bien payés. En tant que chef cuisto qualifié, il existe une infinité de possibilités pour apprendre et vivre confortablement en même temps.

Lorsque elle pose le pied « Down Under », la priorité numéro un de Victoria est de trouver un petit boulot pour lui permettre de vivre l’aventure australienne. C’est alors assez naturellement qu’elle se tourne vers la restauration… En effet, on peut a priori s’en sortir sans trop d’expérience, et l’on est souvent engagé sur le champ. Après avoir déposé de très nombreux CV et travaillé dans divers restaurants et cafés, voici quelques conseils basés sur son expérience pour trouver un job dans la restauration en Australie.

Le RSA, le permis pour servir de l’alcool
Pour servir de l’alcool en Australie, vous devez posséder un RSA « Responsible Service of Alcohol ». Ce certificat n’est valable que dans l’Etat où il est délivré, mais son obtention ne constitue qu’une formalité. Comptez entre 50A$ et 100A$, ainsi que 3 à 4 heures de votre temps pour le passer en personne ou en ligne. Vous avez normalement un mois pour donner une copie de votre certificat RSA à votre employeur, mais en réalité il vaut mieux l’avoir d’emblée pour être engagé. Vous pouvez également passer des formations plus ou moins complètes de préparation de cocktails ou de barista (pour maîtriser l’art du café), mais cela demeure un plus qui n’a rien d’obligatoire.

Passer son RSA en ligne : www.rsaonlineinfo.com.au

Les salaires dans la restauration
Le salaire minimum national est actuellement de 15,96A$/ heure. Bien sûr, cela est valable uniquement si vous êtes déclaré ; si l’on vous propose d’être payé « cash in hand », l’employeur vous offrira souvent un salaire moindre. Gardez cependant bien en tête que vous récupérez la plupart de vos taxes à la fin de l’année fiscale donc il n’est pas toujours plus intéressant d’être payé en liquide (et c’est évidemment illégal, comme en France). En tant que « casual », votre salaire devrait aussi être plus élevé que le salaire minimum de base (+23% soit 19,63A$/ heure brut), étant donné la précarité de ce statut…

Mais dans la réalité certains employeurs jouent sur la concurrence entre backpackers et leur méconnaissance de la loi pour profiter de la situation. Il est donc toujours bon d’avoir ces chiffres en tête comme référence ! A noter également que tout essai (« trial ») devrait être payé, même si ce n’est pas toujours le cas.

travailler comme serveur dans un café en Australie

Trouver un job : Prendre son courage (et son CV) à deux mains
Vous entendrez cela partout, mais c’est vrai : la méthode la plus efficace pour trouver un poste dans ce milieu demeure le porte à porte, CV à la main. Encore mieux : demander à parler au manager directement. Essayez d’engager la conversation et d’obtenir un maximum d’informations en demandant s’ils recrutent actuellement, si oui pour quel type de poste et pour combien d’heures par semaine. Le simple fait de poser ces questions montre votre motivation, que vous êtes capables d’avoir une conversation, même basique, en Anglais, et demeure une occasion pour vous de parler de votre expérience. Sur ce point, veillez d’ailleurs à mettre en avant tout ce qui se rapproche de près ou de loin au monde de la restauration, par le biais de compétences clé telles que la relation client, la capacité à gérer le stress, à travailler en équipe, ou encore à communiquer efficacement.

Gardez à l’esprit que ce sont des postes où le contact humain reste primordial, et une bonne première impression peut tout simplement vous faire décrocher un essai ! Bien sûr, il existe de très nombreuses annonces en ligne, notamment sur le site Gumtree, et il peut être très tentant de se contenter d’envoyer ses candidatures du fond de son canapé. Cependant, à moins de répondre dans l’heure de la parution de l’annonce, il n’est pas vraiment utile de s’y attarder.

Job serveur Australie

Prendre un working holiday visa $270, qui te permet de travailler 6 mois max chez le meme employeur.
Apres selon l’etat ou tu vas il te faudra passer un RSA obligatoire, cad une journee de formation sur l’alcool en Oz et ses lois. Actuellement au prix de $120 sur Sydney.
Il y a plein d’offres en Australie, voir ce lien www.seek.com.au/…&occupation=1549
Apres que tu ai de l’experience c’est un plus mais si tu n’as pas le niveau d’anglais requis c’est plus difficile..
il faut savoir que tu n’es pas le seul, tout les backpakers recherchent dans la restauration et aux meme endroits..

Apprenez à jongler entre plusieurs jobs
Une fois un poste obtenu, il n’est toutefois pas certain que vous obteniez un nombre d’heures de travail suffisant. La solution peut être de combiner plusieurs jobs à la fois. Pour cela, il suffit de trouver la bonne formule : si vous travaillez déjà le soir dans un restaurant, pourquoi pas chercher un job dans un café pour travailler le matin ou le midi quelques fois par semaine ? Vous pouvez également envoyer votre CV dans les entreprises de « catering » (service traiteur) ou dans des agences spécialisées dans l’ « hospitality » (par exemple Pinnacle ou I Need a Chef), et qui proposent des missions ponctuelles, souvent le weekend.

J’espère que ces quelques conseils vous permettront d’aborder plus sereinement la recherche d’emploi. La restauration n’est pas forcément le domaine professionnel le plus exotique ici, mais cela peut constituer un bon point de départ et offre de nombreuses possibilités, alors bonne chance !

 

Un autre site intéressant ici >

 

A la Une, Emploi, Groupement d'Employeurs, Hôtels, Restaurants, Tourisme