La Vérité sur le Métier de Cuisinier

La Vérité sur le Métier de Cuisinier

La Vérité sur le Métier de Cuisinier

 

GE RH Expert vous propose la vision du métier de Cuisinier vu par Yannick CHAUVET. Nul doute que cet article va susciter des discussion des remarques et des réactions. La passion reste présente malgré tout.

La Vérité sur le Métier de Cuisinier

Il y a quelques jours, je suis tombé sur ce texte sur mon mur Facebook. Les 50 points de la vie d’un cuisinier. Les contraintes et les quelques avantages.

À un moment ou un autre de ma vie professionnelle, j’ai partagé quelques uns de ces points, j’en partage toujours certains, d’autres ne font plus partie de ma vie, et puis il y en a un petit nombre qui n’ont jamais croisé mon chemin.

Je me suis inspiré de cette liste. Je l’ai un peu modifié, j’ai rajouté des points inexistants dans cette liste, et j’ai supprimé ceux que je n’ai jamais vécu.

Pour autant que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu être cuisinier. Je ne sais pas pourquoi, car sincèrement je ne peux pas dire que mes parents étaient de fins cuisiniers ou des gourmets. On allait jamais au restaurant non plus – la première fois fut avec une de mes tantes dans un resto de Narbonne. Mais voilà, l’envie d’être cuisinier était là.

On m’avait prévenu que ça serait dur, que c’était un métier exigeant, éprouvant et difficile. Nerveusement et physiquement. Surtout ma prof d’anglais à Sévigné à Narbonne. Madame Mora. Qui a toujours annoncé bien haut et fort devant le reste de la classe que je n’y arriverais pas et que j’étais un raté.

Et pourtant, j’y suis arrivé. J’ai voyagé, j’ai rencontré des gens différents, de tout horizon et de toutes classes sociales. Je me suis fait des amis du monde entier. J’ai travaillé dans de bons restaurants, des moins bons aussi, et des merdiques pendant quelques heures.

Alors voilà, j’ai 40 ans. Je fais ce métier depuis mes 16 ans (avec un petit break pour une reprise d’études), et sans vraiment regretter mon choix, il faut bien admettre que ce n’est pas un métier facile, ce n’est pas le plus dur non plus. Alors à la fin de ces points, relativisez un peu.

Jamais je ne souhaiterai à mes enfants de prendre la même voie professionnelle que moi. Je les pousserai à bien cuisiner, à découvrir, à explorer, à apprécier les bonnes choses, mais jamais à en faire leur métier. Trop de sacrifices….

Alors réfléchissez bien avant de vous lancer. Le chemin sera long et semé d’embûches. Lisez bien ces nombreux points. Ne les prenez pas tous au pied de la lettre. Ayez un peu de recul, d’humour.

Tout n’est pas noir loin de là. J’aime mon métier. J’aime cuisiner pour les autres, j’aime sortir de nouveaux plats, créer une nouvelle carte. J’ai eu aimé l’ambiance dans une cuisine, le fun avec la salle, les soirées entre collègues après le boulot…. J’aimais le stress et le rush des services. Mais je deviens trop vieux, j’aime le calme maintenant.

– Vos mains seront le reflet de votre métier. Écorchées, coupées, brûlées, bref un livre ouvert sur vos déboires et accident en cuisine
– Vous allez souffrir du dos toute votre vie
– Vous aurez continuellement sommeil
– Si vous avez des amis, vous allez les perdre car jamais vous ne réussirez à vous voir pour une fête, un anniversaire, une sortie. Et oui, vous allez travailler tous les WE, les jours fériés, pendant – Les vacances, à Noël, Pâques, St Valentin, St Sylvestre…
– Vous allez être sujet à des sautes d’humeur incessante
– Vous allez passer la majorité de votre vie dans une petite pièce sombre, bruyante, horriblement chaude, grasse, poisseuse, sans fenêtre, malodorante avec un groupe de personne qui seront – – Votre seul lien social dans votre vie
– Vous allez beaucoup travailler, vraiment beaucoup. Vous vous demanderez même si c’est légal. D’ailleurs il y a des chances que vous travaillez illégalementVotre vie sociale est inexistante, – – – vous ne connaîtrez que vos collègues de boulot, vous travaillerez avec eux, vous sortirez avez eux, vous coucherez même avec eux. Ils vous connaîtrons mieux que votre famille ou vos amis vous connaissent
-Vous ne rencontrez pas de nouvelles personnes
– Vous perdrez l’habitude d’interagir avec les gens
– Vous allez contracter une addiction. Alcool, drogues, cigarettes, voire même les boissons énergisantes
– Les seuls moment de la journée où vous serez assis seront quand vous irez au toilettes
– Vos journées de travail seront plus longues que la plupart des journées de travail de vos amis “normaux”
– Votre journée de travail la plus courte sera plus longue que la journée de travail la plus longue de vos amis “normaux”
– Votre journée de travail la plus longue correspondra à la moitié d’une semaine de travail d’un fonctionnaire français, voire même plus
– Vous allez devenir soit gros, soit maigre
– Vous allez manger tout le temps, à n’importe quelle heure de la journée
– Vous serez sous constante pression, vous serez nerveux, stressé
– On vous demandera de vous donnez à 110% tout le temps
– Vous allez faire des erreurs, mais vous n’y avez pas droit, et votre supérieur vous fera bien sentir que vous êtes un merde dans ce cas
– Vous ne tombez jamais malade
– On vous demandera de faire passer votre boulot avant votre vie sociale, votre famille, vos amis. Ce qui en fait ne sera pas difficile car vous n’avez pas de vie sociale
– Votre supérieur hiérarchique est Dieu. Il a toujours raison
– Si vous voulez aider un ami, votre famille en leur prodiguant des conseils alors qu’ils sont aux fourneaux, ils vont mal le prendre
– Vous allez devoir travailler dur pendant des années avant d’oser espérer obtenir un minimum de responsabilités
– Avant cela on va vous humilier, vous traiter comme un(e) bon(e) à rien, vous gueuler dessus…
– Meilleur le restaurant, plus longues les heures et plus bas le salaire
– Si vous êtes une femme, il vous faudra travailler 100 fois plus dur, être 100 fois meilleure qu’un homme, et subir leur sarcasme
– Personne de votre entourage comprendra jamais à quel point votre métier est dur. Après tout, ça à l’air facile sur Top Chef
– Votre copain/copine devra nécessairement travailler dans le même métier, sinon elle ne comprendra jamais votre style de vie. Si vous trouverez la perle rare, surtout gardez là!
– Elle ou il vous dira quand vous rentrez du boulot que vous sentez le poisson, la friture, la transpiration, que vous collez, que votre haleine empeste l’ail, l’oignon…
– Le seul Noël en 10 ans que vous aurez de libre, votre famille vous demandera de cuisiner
– Quand vous mangerez chez des amis ou la famille, tout le monde vous regardera en attendant votre verdict sur les plats servis
– Tout le monde pense que vous avez dans votre tête toutes les recettes de cuisines jamais créées par l’homme

Si malgré tout ceci vous voulez quand même vous lancer dans le métier de cuisinier, allez-y, persévérez, n’abandonnez pas. Le jeu en vaut la peine. Car après tout ce temps, je ne regrette vraiment pas d’avoir choisi cette profession. C’est quand même un beau métier.

Et ça plaît à ma femme, quand elle rentre du boulot, et que je suis de repos, de mettre les pieds sous la table et de se régaler avec un bon repas.

NB : je travaille en Pologne où le système est différent des autres pays où j’ai bossé. Ici, on travaille 2 jours sur 2. Même en étant chef de cuisine. Alors ça me laisse beaucoup de temps pour une vraie vie sociale avec ma femme ou mes amis, et surtout pour pratiquer mon autre passion qu’est la photographie. Et j’ai aussi 1 WE par mois plus quelques Dimanche et Samedi.

 

http://darthyannick.tumblr.com/post/46280609454/la-vérité-sur-le-métier-de-cuisinier

A la Une, Restaurants