J’ai suivi la brigade du Meurice de la cuisine à la salle et ce n’est pas de tout repos

J’ai suivi la brigade du Meurice de la cuisine à la salle et ce n’est pas de tout repos

Au moment où l’on pose le plat que vous avez commandé sur la table, pouvez vous imaginer le travail accompli par toute l’équipe?

Pauline Tezier
J’ai suivi la brigade du Meurice de la cuisine à la salle et ce n’est pas de tout repos.

De la cuisine à l’assiette, que se passe-t-il entre les deux?

Au moment où l’on pose le plat que vous avez commandé sur la table, pouvez vous imaginer le travail accompli par toute l’équipe?

Je me suis faite tout petite pour observer le talentueux chef Jocelyn Herland et toute sa brigade au Meurice, où il officie. En cuisine et en salle, cela ne chôme pas pour offrir le meilleur aux clients. Lever de rideau!

Pauline Tezier
Le chef aux commandes

Il est 7 heures, les cuisines de l’hôtel Le Meurice attendent la brigade. Les fonds de viande ou de poisson préparés la veille sont au chaud dans leurs grands faitouts.

Les produits ont été livrés et vont pouvoir désormais être transformés.

Pauline Tezier
La cuisine attend ses cuisiners

La brigade arrive pour les premiers vers 7h 30 même si Palace oblige, le room service fonctionne toute la nuit obligeant quelques uns à rester sur le pont.

Ils sont 60 répartis entre la salle et la cuisine parmi les 400 employés que compte le palace.

Pauline Tezier
Calme et précision pendant le coup de feu

Comme un capitaine de Navire, c’est Jocelyn Herland qui tient la barre.

Chacun des dix services que propose l’hôtel durant la semaine est différent comme une traversée en bateau, tout dépend du nombre de couverts, des heures d’arrivée des clients et… de l’humeur de chacun.

Pauline Tezier
Jocelyn Herland dans sa cuisine

Les cuisines sont segmentées en plusieurs parties. L’un dédiée au froid et aux entrées, une autre aux cuisson des viandes, un autre encore à celle des poissons. Chaque cuisinier de la brigade a une affectation précise, comme un soldat à un poste.

Pauline Tezier
L’équipe prépare les garnitures

Pendant ce temps, les clients du petit déjeuner ont quitté la salle qui peut-être redressée pour le déjeuner. On aspire, lustre, astique les cuivres.

Pauline Tezier
L’équipe s’active pour nettoyer et redresser les tables

Julien, le sommelier inspecte les stocks de ses bouteilles, ses assistants vérifient que les bouteilles de champagne sont à la bonne température dans leur seau. Ils en proposeront à la coupe au moment de l’apéritif.

Pauline Tezier
Julien inspecte la cave avant le service

Un des cuisiniers installe sur l’îlot central, fruits et légumes. Cette décoration éphémère est renouvelée tous les jours. En ce moment, ce sont les cucurbitacées avec leur jolie couleur orange qui sont à l’honneur.

Pauline Tezier
Chaque jour un cuisinier installe le décor central composé de fruits et légumes de saison

Les nappes en tissu sont repassées sur les tables et vérifiées à la main. Les verres sont essuyés et inspectés avant d’être posés.

Pauline Tezier
Anne astique quotidiennement

Frédéric Rouen, le directeur de la restauration veille à ce que tout soit à sa place.

Pauline Tezier
Frederic le fantastique directeur de salle

De 11 h à 11h30 tout le monde déjeune. Souvent dans les grandes brigades, il existe un cuisinier dont le travail consiste exclusivement à préparer les repas des équipes.

À 11h30, les équipes reviennent à leur poste.

Côté cuisine, on continue les préparations: tourner, parer, découper, étaler, autant de gestes que de produits différents.

Pauline Tezier
La cuisine s’active

Côté salle, Frédéric Rouen le directeur de la restauration briefe son équipe: nombre de convives, intolérances, Madame Untel fête son anniversaire, la table 8 est venue spécialement du Japon pour tester les plats du chef étoilé, aujourd’hui; il y a en plus de la carte des coquilles St Jacques et du chevreuil… Plus les informations seront précises, plus le service sera efficace.

Pauline Tezier
Frederic brieffe ses troupes avant chaque service

Midi, les premiers clients pénètrent dans la salle Grand Siècle, et certains petits veinards pourront s’attabler dans la salle à manger privée avec vue directe sur la ballet en cuisine.

Pauline Tezier
Certains privilégiés pourront dîner en se régalant du spectacle des cuisines

La première commande arrive. Jocelyn l’annonce à haute voix à ses équipes: « Une langoustine et une coquille en entrée, suivi d’un cabillaud vapeur et d’un loup de ligne, ça marche » Chacun sait ce qu’il doit faire: l’un commence à faire cuire les St Jacques pendant qu’un autre prépare les garnitures pour arriver au même moment au plat fini.

Pauline Tezier
Amaury le chef adjoint termine le dressage

Les plats convergent sur le passe. Le chef et son adjoint sont là pour vérifier qu’il ne manque rien, que la disposition est la bonne, la cuisson au point.

Pauline Tezier
Dressage au millimètre

C’est bon on envoie! Les serveurs peuvent prendre l’assiette pour l’apporter en salle.

Les bons de commande se succèdent et le temps file à tout à allure.

Pauline Tezier
Les premières assiettes arrivent en salle

Clap de fin en salle. Le service est fini, les clients sont ravis. En cuisine, on range, et surtout on nettoie comme si c’était la première fois. Du sol au plafond, tout le monde s’y met. C’est la coupure, l’équipe a une pause entre 15h30 et 16h30 avant de revenir pour le service du soir.

Oui, la vie est un éternel recommencement!

Pauline Tezier
Fin de service

Retrouvez Sophie Menut, ses recettes et bien plus encore sur son site www.sophie-menut.fr

A la Une, Cuisine, Grands Chefs, Restaurants