Salt Bae ouvre un restaurant à Londres

Salt Bae ouvre un restaurant à Londres

 

Nusret Gökçe, le chef turc qui a érigé le salage de viande au rang d’art, est sur le point d’étendre sa chaîne de restaurants à l’international.

 

Salt Bae ouvre un restaurant à Londres

 

Ceux qui traînent un peu trop sur Internet savent qu’en l’espace de quelques clics, il est possible de passer de l’émerveillement total (votre crush du collège qui vous ajoute sur ) à la profonde déception (elle est devenue super-moche).

 

Les nouvelles autoroutes de l’information sont ainsi faites et personne n’y pourra jamais rien. Mais c’est toujours quand on s’apprête à supprimer son compte de rage après avoir lu une énième news foireuse (« Intelligence animale : les poules se révèlent bien moins connes que prévu »), voire carrément déprimante (« Merde, le meilleur fromage du monde est désormais américain »), qu’on se laisse surprendre par une pépite qui vient illuminer la journée – et là, c’est de l’or en barre.

 

Ou plus précisément, du sel comme s’il en pleuvait.

 

Si vous avez croisé la route d’une connexion Internet dans les dernières semaines, vous êtes forcément tombé sur Salt Bae, a.k.a Nusret Gökçe, le patron de restaurant turc, devenu star interplanétaire grâce à sa technique douce et suave pour découper la viande et tout le talent qu’il met dans le salage de cette dernière. 48 heures après leurs publications, les vidéos de Nusret atteignaient déjà les 2,4 millions. Depuis, sa manière complètement décadente de saler la viande est rentrée dans la culture populaire Internet. Rihanna est une fan assumée du personnage et un mec s’est carrément fait tatouer la silhouette de son idole sur l’avant-bras.

Aujourd’hui, l’expérience Salt Bae est sur le point de devenir une réalité. Ou du moins, quelque chose que l’on va pouvoir se payer pour le prix d’un aller-retour en Eurostar.

 

Salt Bae ouvre un restaurant à Londres

 

Dans un entretien accordé au Turkish Hürriyet Daily News un peu plus tôt cette semaine, Nusret Gökçe a annoncé son intention d’étendre sa chaîne de restaurant, Nusr-Et Steakhouse, à l’international. Dans les cartons du maître ès-barbaque : l’ouverture d’un restaurant à New York et un autre à Londres. Interrogé sur la barrière de la langue et sa capacité à interagir avec les clients, il a répondu qu’il pourrait toujours « communiquer avec les gens à travers la viande ».

 

Et ça, c’est putain d’honnête de sa part : qui voudrait s’emmerder à apprendre une langue quand on a la possibilité de faire passer tous les messages du monde avec des burgers ?

 

Gökçe a aussi le voile une partie du mystère qui règne autour du succès de ses vidéos, qui lui ont rapporté la bagatelle de 2,5 millions de followers sur Instagram. Elles ont toutes été tournées par des employés de son restaurant et non, il n’avait pas prémédité son fameux sprinkle move, le geste qu’il fait pour saler la viande : « Ce geste à la fin [le salage] m’est venu naturellement. Je n’ai pas fait ça pour me la raconter. C’est juste ma signature. Vous pouvez voir ça comme la touche finale d’un tableau, par exemple. C’est la touche finale que je mets à la viande ; c’est ma manière de bénir la viande », a-t-il confié au journal.

 

Salt Bae, si tu nous lis, merci de t’ouvrir au monde et de mettre autant de cœur et de précision dans tout ce que tu fais (principalement, du salage de viande rouge). Mais s’il te plaît, assure, viens ouvrir un restau en France, tout le monde est bouillant.

 

Munchies

A la Une, Restaurants

Laisser un commentaire